Embouteillages dans les auto-écoles réunionnaises

sécurité
examen du permis de conduire
examen du permis de conduire ©Delphine Gérard
Les deux mois de confinement du printemps ont provoqué un allongement des délais pour l’examen du permis de conduire. Des embouteillages qui ont des conséquences financières pour les candidats au permis de conduire et administratives pour les auto-écoles.
 
Mise totalement à l’arrêt  pendant deux mois en raison du confinement, l’activité des auto-écoles réunionnaises a repris vers la fin du mois de mai. Mais aujourd’hui, les conséquences de ces deux mois se font encore sentir. "Depuis la reprise de l’activité au mois de mai, nous avons eu une augmentation du nombre d’élèves, explique Marie-Josée Olivier, responsable administrative d’une auto-école. En plus de la cinquantaine d’élèves déjà inscrits qui ont dû patienter pendant le confinement, de nouvelles inscriptions sont intervenues."

Le reportage de Réunion la 1ère : 

"Le souci, c’est que ceux qui étaient prêts juste avant le confinement n’ont pas pu conduire pendant deux mois, précise Samuel Klain, moniteur d’auto-école. Ils ont donc dû reprendre des cours le temps de se réhabituer à la conduite." Conséquence : les examens du permis de conduire ont dû être repoussés, les inspecteurs ont commencé à refaire passer des examens au mois de juin.
 

On a eu une espère ce goulet d’étranglement au niveau du passage de l’examen.

Marie-Josée Olivier


Malgré la mise en place d’examens supplémentaires, cela n’a pas été suffisant "pour résorber la quantité d’élèves qui souhaitent passer l’examen", déplore Marie-Josée Olivier. Pour un premier passage du permis de conduire, il faut compter un mois et demi d’attente et lorsque l’examen est raté, il y a jusqu’à trois mois de délai avant de pouvoir le repasser.

Les protocoles sanitaires ont aussi des conséquences sur le court terme pour passer l’examen. Un examinateur ne peut pas voir autant de candidats qu’auparavant pour limiter le brassage et la voiture d’auto-école doit également être nettoyée méticuleusement.
  

Des pénalités sur deux niveaux

"Ils sont découragés, dans l’attente et ça a un coût financier, explique Marie-Josée Olivier. Pour ne pas perdre leurs acquis, ils sont obligés de continuer à prendre des cours de conduite."

Cette congestion provoque aussi des bouchons au niveau des inscriptions : "on ne peut pas reprendre de nouveaux élèves, ajoute la responsable administrative. On est obligés de gérer pratiquement au jour le jour et on a moins de temps à se concentrer sur notre cœur de métier. Ce n’est pas une situation qui est agréable, ni pour nous, ni pour l’élève."

Samuel Klain explique que si l’élève rate le permis, "comme on a déjà une liste d’attente, il se rajoutera en bas de cette liste. En fonction des places pour l’examen qui nous sont attribuées, on va voir si on peut en avoir une pour l’élève concerné, mais il sait qu’il y a d’autres élèves qui passeront avant lui." Il préfère être honnête avec ses élèves et les former du mieux possible de manière à ce qu’ils obtiennent leur permis du premier coup. Pour un de ses élèves, "il faut partir confiant dès le départ car si ça rate ça posera plus de problèmes pour la suite."

Invité du journal de Réunion la 1ère Patrick Bessone, président du conseil national enseignement automobile a annoncé que deux inspecteurs à l'examen du permis de conduire allaient arriver "très prochainement" à La Réunion : 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live