publicité

Encore un gardien réunionnais agressé par un détenu

Un détenu de droit commun a tenté hier de blesser un surveillant de prison Réunionnais avec un couteau à bout rond. L'agresseur a été très rapidement maitrisé par les agents de la maison d'arrêt de Fresnes

La maison d'arrêt de Fresnes
La maison d'arrêt de Fresnes
  • E.A. avec Alain Rosalie
  • Publié le , mis à jour le
Un gardien de prison Réunionnais, victime d’une attaque à caractère terroriste. Ça s’est passé, hier matin, à la prison de Fresnes, en région parisienne. Le prisonnier s’est jeté avec un couteau sur le surveillant en criant "Allah Akbar "! Une très grosse frayeur mais heureusement pas de blessure pour ce Réunionnais, originaire de la Rivière Saint-Louis et affecté à la maison d'arrêt de Fresnes, depuis 2014. Le gardien, âgé de 25 ans est pour l’instant, arrêté. 

C'est le syndicat FO Pénitentiaire qui a été le premier à signaler cette attaque sur les réseaux sociaux.
Selon l'administration pénitentiaire, le détenu en question est un réfugié soudanais suivi pour son "comportement psychologique instable" au sein du SMPR, le service médico-psychologique régional, une unité de soins en santé mentale. Il devait achever sa peine le 28 septembre prochain.

L'assaillant dont la demande d'asile est en cours d'examen n’était pas non plus radicalisé. Le réfugié soudanais a été aussitôt placé en quartier disciplinaire. Le couteau à bout rond avec lequel il a attaqué le surveillant aurait été apparemment subtilisé dans la cantine de la maison d'arrêt.

Ecoutez le témoignage du surveillant Réunionnais joint au téléphone par Alain Rosalie
 

Témoignage surveillant Fresnes

 
Ce n'est pas la première fois qu'un surveillant Réunionnais est agressé par un détenu. En avril dernier, le surveillant de 27 ans lui aussi originaire de La Rivière Saint-Louis avait reçu un bol d'urine en pleine figure à la prison de Fleury Merogis. Le jeune homme qui n'avait pas supporté cette agression s’était ensuite donné la mort en uniforme en se jetant d'un pont en Normandie. Toujours à Fleury Mérogis, quelques jours avant ce suicide, le 15 mai, un autre surveillant Réunionnais avait été agressé par un détenu radicalisé lors de la distribution du petit-déjeuner. Le jeune stagiaire avait reçu plusieurs coups de fourchette au bras et au cou.Les syndicats dénoncent le climat délétère qui règne actuellement dans les prisons Françaises. FO exige à nouveau un vrai quartier pour les personnes détenues radicalisées.

Cette nouvelle agression intervient au lendemain de la présentation par le gouvernement d'un plan Prison qui prévoit notamment une réduction de la population carcérale - 8 000 détenus.  
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play