EpiCOV, une étude pour connaître l'état immunitaire des Réunionnais

coronavirus
Les rues du centre-ville de Saint-Denis à La Réunion.
Les rues du centre-ville de Saint-Denis à La Réunion. ©Imaz Press
A La Réunion, 7 000 personnes ont été sélectionnées pour participer à l'étude EpiCOV. Menée partout en France, elle doit permettre de connaître l'état immunitaire de la population pour guider les décisions publiques. Explications.
EpiCOV est une large étude lancée partout en France et y compris auprès des Réunionnais pour connaître le statut immunitaire de la population. L'objectif est de mieux guider les décisions publiques.
 

Un questionnaire en ligne

A La Réunion, 7 000 personnes ont été sélectionnées. Elles ont jusqu'au 24 mai pour répondre à un questionnaire en ligne. L'Insee veut savoir si elles ont été malades ? Quels symptômes ? Mais aussi comment elles ont vécu le confinement ? Cette opération pourra se répéter régulièrement pour suivre la situation épidémique dans le territoire comme partout en France. Des tests sérologiques pourraient aussi être effectués. En métropole, 40 % des personnes ont accepté d'être dépistées. 

Au total, plus de 200 000 personnes de 15 ans et plus seront ainsi suivies. EpiCOV repose sur une grande enquête nationale auprès d’un échantillon représentatif, sélectionné aléatoirement par l’INSEE.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère : 
©reunion
 

Une cartographie du statut immunitaire

L’objectif du projet EpiCOV est de fournir une cartographie du statut immunitaire de la population. Elle doit permettre de quantifier la proportion de personnes ayant développé des anticorps en réaction au coronavirus. Elle permettra aussi de constater la fréquence des symptômes du Covid-19, et de fournir des estimations de la fréquence de l’exposition au virus. EpiCOV va aussi aider à cerner les effets de cette épidémie sur les conditions de vie.
 

Stratégie de déconfinement et détection de reprise épidémique

Selon les autorités, il s'agit d'enjeux majeurs pour élaborer les stratégies de déconfinement et de prévention. L'objectif est également de permettre la détection précoce de toute reprise épidémique et, sur le long terme, suivre l’efficacité des mesures prises.

EpiCOV est porté par l’Inserm et la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère des Solidarités et de la Santé, en lien avec leurs partenaires (INSEE, Santé publique France, CNRS, INED, Université Paris-Saclay). Des premiers résultats à partir des réponses aux questionnaires devraient être disponibles à l’échelle nationale et à La Réunion à la fin du mois de mai.