Epidémie de dengue : deux nouveaux décès, soit 11 décès depuis le début de l’année à La Réunion

dengue
Opération de démoustication dans l'Ouest de l'île pour lutter contre l'épidémie de dengue à La Réunion.
Opération de démoustication dans l'Ouest de l'île pour lutter contre l'épidémie de dengue à La Réunion. ©Imaz Press
Deux nouveaux décès liés à la dengue ont été enregistrés à La Réunion, annonce ce mardi 19 mai, l’Agence Régionale de Santé. L’épidémie continue à un rythme soutenu. Depuis le début de l’année, 8 500 cas de dengue ont été enregistrés.
Alors que les gestes barrières et la distanciation sociale commencent à entrer dans le quotidien des Réunionnais pour lutter contre le coronavirus, la lutte contre la dengue et la protection contre les moustiques doit plus que jamais être de rigueur.

Deux personnes supplémentaires sont décédées de la dengue à La Réunion, annonce ce mardi 19 avril, François Chieze, directeur de la Veille et sécurité sanitaire à l’ARS​, l’Agence Régionale de Santé, invité du journal de Réunion La1ère radio. "L'épidémie se stabilise, mais à un rythme soutenu", précise dans un communiqué l'ARS et la préfecture de La Réunion ce mardi soir.
 

11 décès depuis le début de l’année

Depuis le début de l’année, onze personnes sont décédées de la dengue dans l’île. Six de ces décès étaient directement liés à l’infection par le virus. Pour les deux dernières personnes décédées, des analyses sont encore en cours pour savoir s’ils sont directement ou indirectement morts du virus.

« Il y a deux cas de figures, soit la dengue est mortelle, soit la dengue aggrave des facteurs de risques, qui peuvent être cardiaques, vasculaires ou pulmonaires, explique François Chieze, directeur de la Veille et sécurité sanitaire à l’ARS.
 

8 500 cas, deux stéréotypes

Chaque semaine, l’Agence Régionale de Santé annonce environ un millier de cas supplémentaires. Depuis le début de l’année, 8 500 cas de dengue ont été recensés par l’ARS et Santé Publique France. Ces dernières semaines, l’épidémie s’est accélérée.

L’Agence Régionale de Santé remarque par que la dengue de stéréotype 2 qui circulait dans le Sud et l’Ouest de l’île a été remplacée par la dengue de stéréotype 1. Ce n’est pas une bonne nouvelle car « il n’y a pas d’immunité longue et croisée entre les différents stéréotypes de dengues », rappelle François Chieze. Ces dernières semaines, les autorités avaient déjà constaté que les "cas de dengue secondaire (personnes contractant la dengue une deuxième fois) connaissant des formes graves de la maladie", étaient plus nombreux.
 

Plus d'hospitalisation que l'an dernier

Depuis le début de l'année, 309 personnes ont été hospitalisées à cause de la dengue. L'ARS et la préfecture remarquent que le nombre d'hospitalisation actuel est plus important que l'an dernier à la même époque.


59 % des cas dans le sud

La majorité des cas (59%) reste toujours localisée dans le sud, et particulièrement à Saint-Pierre. L'épidémie poursuit sa progression dans l’Ouest, notamment à Saint-Leu et Saint-Paul. Le nombre de cas continue aussi d’augmenter dans le Nord, à Saint-Denis, et l’Est, à Saint-Benoît.

Pour François Chieze, la crise du coronavirus et le confinement pendant deux mois, ont empêché de « débroussailler suffisamment ». Dans le sud, ce contexte a donc permis « la circulation de la dengue sur cette partie humide et chaude de l’île et donc propice à la dengue », poursuit François Chieze.

Fin avril, le préfet de La Réunion, Jacques Billant déclarait que nous étions face à "un enjeu grave, sérieux, un impératif de santé publique". Pour lutter contre l’épidémie, 150 agents supplémentaires devaient être mobilisés quotidiennement contre 125 actuellement.
 

Les principaux foyers

Les principaux regroupements de cas (foyers de dengue) se situent à :

Région Sud
• Saint-Louis (La Chapelle, La Ferme, Lotissement Leclerc, Plateau Goyaves, Cité Cocos, Petit Bon Dieu, Kerveguen, Savignan, La Rivère, Les Canots, Pont Neuf, Le Ruisseau, Roches Maigres, Le Bois de Nèfles et Le Ruisseau Terres rouges, )
• Saint-Pierre (Bassin Bœuf, Terre Sainte, La Vallée, Ravine Blanche, Concession, Bois d’Olives, Sainte Céline, Mont Verts les Bas, La Cafrine, Basse Terre les Bas)
• Les Avirons (La Croix, Fond Maurice, Bois de Nèfle Cadet, Barouty)
• L’Etang Salé (Les Canots, La Plaine, Pied des roches, L’Etang Salé les Bains)
• Saint-Joseph (Les Lianes)
• Le Tampon (La Chatoire, les 400, Trois Mares, Le Dassy)

Région Ouest
• Saint-Paul (La Saline, Fleurimont, L’étang, La Grande Fontaine, La Plaine, L’ermitage les Bains)
• La Possession (St Laurent, Camp Magloire, Centre-Ville)
• Saint-Leu (Butor,L’Etang, Centre-Ville, Grand Fond, le Chemin Dubuisson, Stella, Le Portail)
• Le Port (Rivière des Galets, Parc Boisé, Mondon, Lotissement Cotur, La Petite Pointe, Titan)

Région Nord
• Sainte-Marie (Grande Montée, La Confiance les Bas)
• Saint-Denis (La Petite Ile, La Bretagne, Sainte Clotilde, Bois de nèfles)
• Sainte-Suzanne (Bel Air, Quartier Français)

Région Est
• Saint-André (Lotissement Satec, La Cressonnière, Maison Valliamé, les Yucas, Milles Roches, Maison Valliamé)
• Bras Panon (Rivière du Mât, Rivière des Roches, les Avocatiers)
• Saint-Benoit (Sainte Anne, Petit Saint Pierre, Centre-Ville, Butor, Bras Canot, Bras Fusil)
  

Les gestes indispensables

Pour limiter la propagation du virus, les équipes de lutte anti-vectorielle de l’ARS et du SDIS maintiennent leurs interventions de jour et de nuit et renforcent leur présence. Les autorités appellent toujours la "population à une mobilisation générale pour éviter une épidémie de plus grande ampleur".

Consulter rapidement un médecin en cas de symptômes, se protéger des piqûres de moustiques, continuer à se protéger même malade pour protéger ses proches, et éliminer les gîtes larvaires à son domicile font partie des gestes indispensables.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live