Exportations de fruits : quand confinement et motifs impérieux menacent la filière locale

agriculture
Champ d'ananas janvier 2019
Champ d'ananas, regardez bien, des fruit sont visibles ©Michelle Bertil (Réunion la 1ère)
Les producteurs et exportateurs de fruits réunionnais sont inquiets. Le retour du confinement dans l’Hexagone et les restrictions de voyage avec La Réunion ne sont pas de bon augure pour les exportations en cette saison des fruits qui démarre.
En septembre dernier, l’Arifel, qui représente les exportateurs réunionnais, avait pu obtenir une aide de 400 000 euros de La Réunion afin de financer le transport de 500 tonnes de denrées.

La crise sanitaire ayant réduit le trafic aérien, les producteurs de fruits frais craignaient alors de ne pas pouvoir exporter la totalité de leur marchandise pour les fêtes de fin d’année. Le problème semblait donc résolu. 

Le nombre de vols réduit

Depuis, les cartes ont été rebattues. Avec le confinement dans l’Hexagone et l’obligation de justifier d’un motif impérieux pour voyager vers La Réunion, le nombre de voyageurs va considérablement chuter et avec lui le nombre de vols. Les exportateurs craignent une baisse jusqu’à 70 à 80% des vols.

Difficile alors de trouver de la place dans les quelques avions restants pour transporter les marchandises. Une situation qui inquiète les exportateurs, mais aussi et surtout les producteurs, aujourd’hui pressés par le temps.

Le marché local ne pourra pas supporter l’ensemble des productions, les fruits risquent donc de rester aux champs et d’être perdus.

Reportage de Réunion la 1ère :
Menace sur les exportations de fruits ©Réunion la 1ère
 

Le compte à rebours est lancé

Afin de trouver une solution à cette situation, une réunion est prévue la semaine prochaine avec les compagnies aériennes. Les exportateurs inquiets se tournent aujourd’hui vers le Département.

La saison des fruits débute à La Réunion. 70% de la production d’ananas et la totalité de celle des letchis seront ainsi récoltés d’ici la fin de l’année. C’est à cette période que près de la moitié de la production annuelle est exportée.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live