Face aux variants du Covid, de nouvelles restrictions annoncées à La Réunion

coronavirus
Coronavirus covid contrôle centre commecial Sacré Coeur au Port 211120
©Angélique Le Bouter

Avec l’augmentation des cas de Covid depuis la semaine dernière et l’apparition des variants sud-africain et britannique à La Réunion, les autorités annoncent de nouvelles restrictions. Les seuils d’alerte pour le couvre-feu et le confinement sont revus à la baisse.

Le préfet de La Réunion a confirmé ce mercredi 3 février une accélération de l’épidémie à La Réunion. " Cette hausse est forte et elle est incontestable ", a indiqué Jacques Billant. Les restrictions vont être renforcées, ainsi que les seuils épidémiques des mesures, qui pourraient entrer en vigueur dans les prochaines semaines. Un point unique complet sera désormais fait chaque mercredi, contre 3 fois par semaine jusqu’à présent.

La situation sanitaire se dégrade

Selon la directrice de l’Agence Régionale de Santé, la situation redevient très préoccupante, à la veille d’un moment de bascule possible forte et rapide. Du 27 janvier au 2 février, 440 nouveaux cas de Covid ont été confirmés. Le taux d’incidence est de 50 cas pour 100 000 habitants, soit au niveau du seuil d’alerte national. Hier, mardi 2 février, un pic journalier a été atteint avec 120 nouveaux cas confirmés.

Des chiffres qui augmentent, sur la 2ème semaine de janvier 117 cas ont été confirmés, 320 cas sur la 3ème semaine et 340 cas sur la 4ème semaine. Quelques communes sont aujourd’hui particulièrement concernées par un taux d’incidence élevé, elles connaîtront à nouveau des campagnes de dépistage ciblé, indique la directrice de l’ARS. Ce sera le cas pour Le Port, Saint-Denis, Saint-Benoît et Saint-Louis cette semaine.

87% de cas autochtones

Des clusters restent actifs, intra-familiaux ou professionnels, et prouvent le non-respect des gestes barrières à des moments critiques, comme les temps de pause du déjeuner. L’ARS veut encourager les professionnels de santé et les pharmaciens à pratiquer plus qu’ils ne le font aujourd’hui les tests rapides, en 20 minutes, pour les personnes présentant les moindres signes évocateurs de la maladie. Ils permettent le déclenchement immédiat de l’isolement pour les personnes positives. Martine Ladoucette incite donc la population à se faire dépister.

La directrice de l’Agence Régionale de Santé Réunion confirme que 87% des cas sont autochtones. Elle constate une intensification des derniers jours, fruit du non-respect des gestes barrières, selon elle : manque de distance, non-port du masque au bon moment ou au bon endroit ou encore manque de respect de l’isolement des personnes contaminées ou personnes contacts, car 3 personnes sur 10 contaminées sont des anciens contacts.

Les analyses par séquençage possibles à la Réunion ont révélé la présence des variants sud-africaine t britannique sur " quelques cas bien identifiés ", soit 9 cas du variant sud-africain et 1 du variant britannique.

" Je ne peux évidemment pas vous certifier que la présence des variants sur le sol réunionnais se limite à ces cas-là. "

Martine Ladoucette, directrice de l'ARS Réunion

 

Cette présence est certaine, mais il faut admettre que la proportion ne peut être quantifiée avec précision, d’où le facteur de risque supplémentaire de forte contagiosité.

De nouvelles restrictions appliquées dès samedi

L’apparition des variants fait courir un risque majeur de l’accélération de l’épidémie, a expliqué le préfet de La Réunion. Les mesures socles sont donc toujours d’actualité. De nouvelles restrictions entreront en vigueur ce samedi 6 février au matin :

  • Mise en place de nouvelles jauges dans les commerces, passant de 4m2 par personne, à 8m2 dans les établissements de moins de 400 m2, et à 10m2 par personne dans les établissements de plus de 400m2. Les soldes démarrent samedi.
  • Au sein des lieux de culte, la distanciation sociale évolue de 1 à 2 mètres entre les personnes.
  • Les salles de jeux et casinos devront fermer leurs portes au plus tard à 00h30 et appliquer strictement le protocole relatif au restaurant lorsqu’ils servent à manger ou à boire.
  • Les colonies, ou accueils collectifs de mineurs, ne pourront plus prévoir de séjours avec hébergement, à l’exception de ceux accueillant les publics de l’aide sociale à l’enfance ou les enfants handicapés qui feront l’objet d’une autorisation au cas par cas par le préfet.

Dans le cadre du nouvel an chinois, les danses du Lion ne seront autorisées que si elles respectent strictement les protocoles du ministère de la Culture, avec un public assis et des danseurs à distance. Pas de danse sur la voie publique en revanche, toutes les processions cultuelles et culturelles étant interdites.

Pour rappel, les mesures socles déjà en vigueur sont : le port du masque obligatoire pour toute personne de plus de 11 ans ; la distanciation minimale de 2 mètres entre deux personnes en cas d’absence du port du masque ; l’interdiction des rassemblements de plus de 6 personnes sur la voie publique ; l’interdiction des pique-niques ; les protocoles sanitaires renforcés dans les établissements recevant du public ; l’interdiction de toute activité de danse dans ces lieux ; l’interdiction des événements de convivialité et de promotion dans les entreprises ; les motifs impérieux pour les déplacements aériens.

Le protocole sanitaire renforcé en milieu scolaire

A l’issue de la première semaine de rentrée, 20 élèves ont été signalé positifs au Covid. Depuis le début de cette semaine, 26 élèves et 5 agents l’ont également été. Une classe est isolée, les élèves sont maintenus à domicile et bénéficient de la continuité pédagogique, a indiqué la rectrice de l’académie de La Réunion.

Face à la grande contagiosité des variants, le protocole sanitaire est renforcé. A partir du lundi 8 février :

  • le port d’un masque sera obligatoire pour tous les élèves des écoles élémentaires de l’académie, c’est-à-dire du CP au CM2, donc à partir de 6 ans, dans les espaces clos et extérieurs et aux abords des établissements scolaires. Les élèves de maternelle ne portent pas le masque.Seuls les masques chirurgicaux ou grand public de catégorie 1 sont recommandés. Les familles sont responsables de l’achat des masques pour les élèves.
  • Une classe sera fermée dès l’apparition d’un cas positif au Covid en maternelle. Les élèves seront considérés comme contacts à risques.
  • La distanciation de 2 mètres entre 2 groupes à la cantine est appliquée. Les élèves d’une même classe déjeunent ensemble.

Les journées portes ouvertes et les forums pour les lycéens se déroulement sous forme de visites virtuelles et de visioconférences, a précisé Chantal Manès-Bonnisseau. Les réunions parents-professeurs sont maintenues sous forme de rendez-vous individuels. Les sorties scolaires à la journée sont autorisées.

Couvre-feu et confinement, les seuils d’alerte revus à la baisse

Jacques Billant a indiqué avoir revu les seuils d’alerte, du fait de la forte contagiosité des variants.

  • Si le franchissement du seuil d’alerte du taux d’incidence, fixé à 50/100 000 habitants, est confirmé à la fin de la semaine, se posera sérieusement la question de la fermeture des centres commerciaux de plus de 20 000 m2, à l’exception des commerces alimentaires et des restaurants en leur sein.
  • Quand le taux d’incidence dépassera le seuil de 100/100 000 habitants, un couvre-feu à partir de 22h sera appliqué. Une mesure qui pourra aussi être territorialisée à l’échelle d’une commune, précise le préfet de La Réunion.
  • Si le taux d’incidence dépasse 125 cas pour 100 000 habitants, et qu’une forte tension est ressentie sur les services de réanimation avec un taux d’occupation des lits de réanimation de plus de 25%, le couvre-feu sera abaissé à 18h.
  • Enfin si la barre des 150/100 000 est franchie et que la tension sur l’hôpital se maintient, un conseil de crise sera réuni pour statuer sur le confinement du territoire.

Le préfet de La Réunion appelle à la mobilisation de tous, par le respect des gestes barrières notamment, rappelant que plus de 85% des cas sont autochtones. Il évoque les mariages et les cérémonies avec trop de monde, des "soirées irresponsables" ou encore des galettes de bonne année entre collègues. Il conclut :

" A chacun maintenant de remplir son rôle, alors reformons nos rangs et reprenons le combat. "

Jacques Billant, préfet de La Réunion

Objectif : 23 000 personnes vaccinées le 28 février

Le 2 février inclus, 5 600 personnes se sont fait vacciner : 874 résidents en Ehpad, 2 663 professionnels de santé, 1 544 personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile et 517 personnes hautement vulnérables. A La Réunion, 45 000 personnes ont plus de 75 ans, et vivent en institution ou à domicile.

Les centres de vaccination ne sont pas encore pleins, a affirmé la directrice de l’Agence Régionale de Santé de La Réunion. Les chiffres sont certes encourageants mais pas suffisants, selon Martine Ladoucette. Dans les centres, l’objectif journalier de vaccination a été atteint à 93% lundi et à 85% mardi. 51% des résidents en Ehpad ont été vaccinés, une proportion encore trop faible au regard des 80% en métropole, selon la directrice de l’ARS.

L’objectif est d’atteindre près de 22 985 personnes vaccinées d’ici le 28 février, dont 7 000 auront reçu les deux doses. La directrice de l’ARS a assuré que chaque semaine, autant de doses sont " mises de côté " pour la seconde injection du vaccin à 21 ou 28 jours après la première.