Campagne sucrière : fin de la grève à l'usine de Bois Rouge, l’activité est relancée

agriculture
L'activité a repris à l'usine de Bois Rouge, mais les livraisons sont suspendues.
L'activité a repris à l'usine de Bois Rouge (photo d'illustration) ©Imaz Press
La grève est terminée à l'usine de Bois Rouge. La médiation entamée depuis lundi entre grévistes et direction a débouché mercredi soir sur un accord à la Direction du Travail à Saint-Denis. La campagne sucrière est repartie.

La campagne sucrière est repartie après huit jours de grève. L'activité a repris à l'usine de Bois-Rouge ce mercredi 25 août.

Une prime de 1000 €

Selon les syndicats de Tereos, les employés de l'usine en grève depuis le 16 août auraient obtenu une prime de 1000€. Une revalorisation de la grille salariale "ouvriers" sera également évoquée lors des prochaines NAO (négociations annuelles obligatoires ) de 2023.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère :

Fin de la grève à l’usine de Bois Rouge : la campagne sucrière repart dans l’Est

Une étude sur les risques psycho-sociaux

Concernant les problèmes relationnels avec un cadre de l'usine, une étude sera commandée à un cabinet indépendant sur les risques psycho-sociaux dans l'entreprise. Les syndicalistes ne voulaient plus travailler avec ce cadre. Ils avaient notamment qualifié son management "d’une autre époque".

L'usine a redémarré ses machines mercredi soir à 22h pour traiter les cannes en souffrance depuis une dizaine de jours. Environ 60 000 tonnes de cannes sont en attente d'être broyées, selon Dominique Gigan, le président de la FDSEA. A Bois Rouge, 9 000 tonnes de cannes sont traitées par jour. 

Le soulagement des planteurs

"C’est un grand soulagement, j’avais mal au cœur de voir toutes ces cannes au champs, de renvoyer les ouvriers chez eux", explique Olivier Bernard, planteur de cannes à Saint-Benoît.

En pendant cette grève, les cannes coupées ont déjà perdu beaucoup de richesse. "La richesse commençait à monter avec 13 ou 15 de richesse, aujourd’hui elle a baissé de deux points, soit deux euros de perte", poursuit Olivier Bernard.

Cette saison, la campagne sucrière aura été marquée par plusieurs conflits, dont celui sur la "convention canne" qui a duré seize jours en juillet dernier. La campagne avait démarré en retard, et cela ne devrait pas être sans conséquence sur la récolte.