Fin des motifs impérieux pour voyager entre La Réunion et l'Hexagone : entre soulagement et inquiétude

coronavirus
Aéroport Frenchbee
©Alexandra Pech
A compter de ce mardi 15 décembre, il n'est plus nécessaire de justifier d’un motif impérieux pour voyager entre La Réunion et l’Hexagone. Une levée qui concerne également les déplacements avec Mayotte. En revanche, les tests PCR vers La Réunion sont toujours obligatoires. 
Vendredi  dernier, le préfet Jacques Billant confirme cette levée des motifs impérieux à partir de ce mardi 15 décembre. Plus besoin donc de justifier d'un motif personnel, profesionnel ou encore familial pour voyager entre La Réunion et l'Hexagone. Idem, pour la ligne Réunion-Mayotte. Toutefois, les frontières demeurant fermées, les motifs impérieux sont maintenus s’agissant des voyages en provenance et à destination de l’étranger. Une annonce qui fait suite à la prise de parole du Premier ministre, autorisant de nouveau les déplacements entre les régions. Par ailleurs, les mesures anti-Covid ont  été prolongées par arrêté préfectoral jusqu'au 15 janvier 2021.

 

Les tests PCR toujours obligatoires


Toutefois, pour entrer sur le territoire réunionnais, le test PCR négatif est toujours en vigueur avant d'embarquer. Vous devez impérativement présenter le résultat négatif de votre test avant tout voyage à destination de La Réunion. Votre test doit être réalisé dans les 72 heures avant votre embarquement. Si les résultats ne sont pas réceptionnés le jour de l'embarquement, vous aurez la possibilité de réaliser un test antigénique à l'aéroport d'Orly. 
 
 

Une décision saluée par les acteurs touristiques


Cette levée des motifs impérieux pour voyager à La Réunion était attendue par la filière tourisme. Pour l'Ile de La Réunion Tourisme "cette décision [...] permet d’apporter de la visibilité au secteur touristique réunionnais et d’envisager un retour des touristes à la Réunion alors que l’été austral bat son plein, après plus de 10 mois de crise sanitaire". D'autant plus que notre département, comme les autres territoires d’Outre-Mer, font partie des destinations les plus en vue pour ces fêtes de fin d’année.
 
Une mesure qui ajoutée à la baisse des prix des billets en a motivé plus d'un à partir en vacances. Certains Réunionnais n'ont pas héisté à s'acheter un billet d'avion pour l'Hexagone et ainsi passer les fêtes de fin d'année là-bas. Des prix divisé par deux comparés à l'année dernière, pour la même période. Comptez entre 600 et 700 euros l'aller-retour Réunion-Paris.

 

Appel à une vigilance renforcée


C'est donc une reprise du trafic aérien qui se profile. Pour autant, l’IRT ne manque pas de rappeler aux voyageurs de respecter strictement les mesures et protocoles sanitaires en vigueur dans l'île. Et leur recommande fortement, tout comme les autorités sanitaires de se faire tester à J+4, après leur arrivée. Le président de l'IRT va même plus loin en plaidant pour l'instauration d'une charge du voyageur dans laquelle il lui serait demandé de s'engager à faire ce test Covid à J+4. 
 

 

Un dépistage auquel trop peu de voyageurs se soumettent encore aujourd'hui, déplore le Dr Alain Domercq, président du Conseil interrégional de l'ordre des médecins Réunion-Mayotte. "Il y a entre 10 et 40 % de gens qui font le test à J+2/+4, ça reste totalement insuffisant". Pour sa part, malgré la levée des motifs impérieux, il recommande aux familles réunionnaises de limiter les voyages, "il faut que ce soit principalement les familles qui viennent et il faut que les voyageurs se testent tous. On ne peut pas tout ouvrir et ne pas tout tester à J+2/+4. Ce n'est pas possible". Un test à J+4 recommandé par le corps médical mais la loi ne permet pas aujourd'hui, de le rendre obligatoire. 

 

"Oui le virus va arriver et oui il faut s'y préparer"


Pour le Dr Bernard-Alex Gaüzère, ancien chef de service de réanimation au CHU Nord cette mesure est en effet, inquiétante. "Ça va faire circuler beaucoup de personnes et donc beaucoup de virus. D'autant que les tests antigéniques proposés au départ sont nettement moins sensibles que les tests PCR et très peu de personnes se font tester à l'arrivée. Oui le virus va arriver et oui il faut s'y préparer avec des gestes barrières en gardant les distances, le masque".

Le Dr Bernard-Alex Gaüzère était l'invité du 12h30 : 
 
ITV Gauzere (première intervention)