FONNKÈR : "Bé" de Bernard Grondin

fonnker
Bé de Bernard Grondin

Fanm-Bénono

Kor an Tévélava dann bin d’lav-la

Galfine an mayi-lor labarb gran-papa

Pou détour isyanba-la sanm syanö-la

Fane, afane an falèz, kokman latèr dann kayout mon pyédkèr

Galang ali, tanbour lamour lao-laba

Dékas ali, lanpa lavéyé pou sèr mon léstoma !

Aou bé karo lao, lèv an riv, pou paradi sanm lanfèr

Aou lanbousir-bé, Plinn-Désab-la, aou k’m’i fofil

Si lodo Kundali-blé porteur de rouges-rêves

M’i rèv kundalini-la kab ansézi ankor mon kèr Kaf-Maoulé

Pour exorciser mon âme, pou désoulang mon koko amaré dann somanké-la

Pou désigid mon lang kokiyé dann gafourn dawar-la !

Somanké domin LINESKO

Pour témoigner de la beauté de mon royaume

Pou désot mon fonnkézé, pou anbéli mon kozé

Fera mieux que nos sages Razana

Maron-Zanahary, pétris au creux d’une histoire qui ne se lit pas

Somanké les mots, vidés de toutes paraboles ne seront plus que des tours

Pour y loger limazinèr

Pou lèr, m’i fofil dann Finatawa-Afrikidi

Laissez-moi, larg mon lourlé konmkidi

Lo zyé lé kouyon sa matant, la bézwin zimaz pou ri !

Mé ki kantité lamin pou détrwi out rin lavi Fanm-Bénoune

Parcelles, abiyé, anfilé sanm lanspèk-béton

Trimo souillés de pesticides, an ravine-malout, galfaté sanm lo sal

Pwazon pour nos champs, lavévé pou flèr-kane, pourvik lé dou

Ki kantité linzényèr san zéni pou anmavouz aou syanö-la, sanm syanba-la

Ki kantité Maloya pou rézone dann kré gro tété oulé

Pou kalbit dann kabar lamizwar lopi, pou fanafout out kayout ladousèr !

Ô baÿa, kane-mapou na l’gou Lafrans

Ô boÿo, glikoz-la na l’gou la soufrans

Fanm-Bénoune, mon péyi

Koko-la la bézwin zimaz pou di

Pou débat sanm lamor ki koul dann vinn so kor-la

Le mensonge est inodore sous contrôle des States, wi-no

Lafimé Gran-Bwa napwin lodèr dann Madine-banna, vi-vwa

Vyin kaloubadine ankor mon kor volkan alor

Vyin koman griyo lamour évoquer les filles aux flancs libres

Danseuses nues arc-boutées aux cascades

Pour s’évader, du mal-kotri anrolèr sanm sabouk !

La barque, hissée aux vansirwa, vogue aux coulées, à présent

Le bal s’ouvre aux sels vengeurs, aux braises apprêtées d’or et de cyprine

Et sous les feux de plomb, les ombres se lèvent en quête des chants

Ma Hine Cocore, Bamako jam

Pöinm Vyé-Farka, pou andousi syanbaöla

Blues-Filosofia (Waliden po Lorwa)

Yango-Takamba (Bèrnika po Alin)

Cono-Soro pou nou

Fanm-Bénono

  Lao Vanglao