Fréquentation record pour le vaccinobus à Saint-Paul

coronavirus
vaccin
©RB / Imazpress
L’étape du jour du vaccinobus se faisait sur le front de mer à Saint-Paul ce mercredi 14 juillet. Une étape qui a connu une fréquentation record, près de 300 doses ont ainsi été injectées. Les personnes qui en ont bénéficiées n’étaient cependant pas toutes enthousiastes.

Après les annonces du président de la République et du préfet de La Réunion, les personnes à aller se faire vacciner se font plus nombreuses. Pour faire face à l’afflux de personnes, 7 centres de vaccination sont restés ouverts ce mercredi 14 juillet.

Le vaccinobus pris d’assaut à saint-Paul

Une journée de sensibilisation à la vaccination et de dépistage était aussi organisée à Saint-Paul, avec la présence du vaccinobus. Le véhicule, qui faisait étape sur le front de mer, a connu une fréquentation record.

En une journée, près de 300 personnes ont reçu une injection de vaccin. La principale motivation des candidats à la vaccination était d’obtenir le pass sanitaire, futur sésame pour avoir accès aux cinémas ou aux restaurants.

Le vaccinobus sera à Saint-Benoît du 15 au 17 juillet.

Comme une sensation d’obligation

Un geste souvent accompli à contrecœur, puisque le gros de la file d’attente était composé de personnes hostiles au vaccin. " On est obligés, il faut dire le mot, on est obligés ", estime une personne venue se faire vacciner. Salariés de commerce ou personnel médico-social savent qu’ils devront rapidement passer le pas.

Reportage de Réunion la 1ère.

Fréquentation record pour le vaccinobus à Saint-Paul ©Réunion la 1ère

Les autorités sanitaires ont bien conscience de leur difficulté à convaincre. Des messages d’information étaient donc délivrés tout au long de la journée, sous forme de quizz notamment. Une question en particulier : pourquoi se faire vacciner alors que le sérum n’empêche pas d’être contaminé ?

Timing serré avant le pass sanitaire

Compte-tenu du "timing serré" imposé par le gouvernement avant l’application du pass sanitaire, les autorités doivent donc convaincre. A La Réunion, un peu moins de 23% de la population est vaccinée.

Pour le Dr Alain Domercq, le président du Conseil régional de l’ordre des médecins, il n’est pas possible d’attendre l’immunité collective à La Réunion, il faut donc accélérer la vaccination. Une personne se vaccinant aujourd’hui sera immunisée dans 5 semaines, donc à la rentrée scolaire, insiste le Dr Alain Domercq.

Les médecins généralistes libéraux continuent de participer à la camapgne de vaccination, rappelle-t-il. L’offre de vaccin est suffisante dans l’île, selon le président du Conseil régional de l’ordre des médecins.

©Réunion la 1ère