publicité

Grand débat national: déception et frustration pour les élus et les Gilets Jaunes réunionnais

Déception, mascarade, mise en scène, un flop…. Les élus locaux et représentants des Gilets Jaunes ne manquent pas de qualificatifs aujourd’hui pour décrire les sept heures de grand débat national hier soir entre le Président de La République et les représentants des Outre-Mer. 

© La 1ère
© La 1ère
  • Par Indranie Petiaye
  • Publié le , mis à jour le
Les maires et parlementaires réunionnais étaient invités hier soir à prendre part au grand débat national en présence d’Emmanuel Macron. Les maires de Saint-Paul, Saint-André ou encore du Port ont adressé des demandes au Président de La République. Certaines ont été mises de côté en touche, d’autres partiellement entendues.

Retour sur les doléances dans ce reportage de Nathalie Rougeau et Loïs Mussard :
RESUME GRAND DEBAT OUTRE-MER
 

Certains élus réunionnais repartent déçus


Un entretien, de plus de sept heures, avec le chef de l’Etat qui a suscité de vives réactions avant même la fin de la rencontre. Plusieurs élus ont effectivement quitté la salle des fêtes de l’Elysée, sans même attendre les premières réponses d’Emmanuel Macron.Parmi eux, le député européen Younous Omarjee.
 

« C’était un flop annoncé et c’est un flop qui se réalise »


Pour lui, ce grand débat national n’est rien d’autre qu’une « opération de communication ». Un sentiment partagé par la députée Ericka Bareigts qui a quitté les débats. L’ancienne ministre PS des Outre-mer parle « d’une mise en scène parfaite » où rien de nouveau n’était évoqué, si ce n’est une « redite inutile des assises des Outre-mer. »

Partie également avant la fin, une autre députée de La Réunion, Nadia Ramassamy qui déclare par voie de communiqué :

« Si le Président a écouté les maires, sur le pouvoir d’achat, le logement, l’éducation, la transition écologique et l’emploi, il n’a pas énoncé de mesures concrètes »


Le député de La France Insoumise, Jean-Hugues Ratenon, a dénoncé pour sa part une mascarade à laquelle il ne tenait pas à prendre part. N’ayant pas eu l’autorisation de s’exprimer, l’élu a préféré quitter les débats.

"J'ai constaté que tout était déjà préparé, les noms de ceux qui devaient prendre la parole étaient déjà connus de Madame la ministre Girardin, c'est elle qui animait les débats, et même les questions étaient connues", a-t-il déclaré. 


Les réactions des élus à entendre ci-après :
ITWS RATENON + OMARJEE + BAREIGTS

Les Gilets Jaunes réunionnais restent sur leur faim


Pour les représentants locaux du mouvement social initié en novembre dernier, le Président n’a clairement pas répondu aux attentes.

Jean Claude Mouniapin des GJ de l’Est était invité ce matin dans l’émission spéciale de Réunion La 1ère Radio. Il se dit : 

« déçu de voir que nos hommes politiques ont essayé de défendre leur cause, à l’exemple du port de Saint-André (…) l’urgence n’est pas là ».


Un manifestant qui regrette également que certains élus, invités par le chef de l’Etat, n’aient pas pris la parole quand les élus antillais, eux, ont osé et monopolisé le débat.

Invitée sur le plateau du 12h30 ce samedi, Magaly Bassonville, également représentante des Gilets Jaunes, exprime elle aussi sa profonde déception quant à cette rencontre avec le Président.

« Les Gilets Jaunes ont demandé à être entendus, lui écoute les élus »


Pour elle, aucune réponse concrète n’est sortie de ces sept heures de débats, si ce ne sont quelques pistes de travail déléguées à d’autres.

L’intégralité de l’intervention de Magaly Bassonville à entendre ci-après :

D’autres réactions avec le debriefing du débat, émission animée par Claude Montanet et Jean-Paul Mélade ce matin sur Réunion La 1ère: 


​​​​​​​

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play