Hausse vertigineuse du prix du fret : artisans et commerçants sont au bord de l’asphyxie

transports
Hausse vertigineuse du prix du fret : les commerçants artisans au bord de l’asphyxie
Hausse vertigineuse du prix du fret : les commerçants artisans au bord de l’asphyxie ©IMAZ PRESS REUNION
La flambée du fret maritime donne des sueurs froides aux commerçants de l’île qui s’inquiètent pour leur avenir. Les artisans sont très inquiets, cette hausse vertigineuse du prix du fret pose question sur les approvisionnements.

Le constat est amer aujourd'hui pour Ibrahim Safla, propriétaire d'un magasin de meubles à Saint-Denis. Le coût d'un container lui revient aujourd'hui cinq fois plus cher, " mes marchandises sont prêtes à partir depuis un mois et elles sont bloquées à Jaïpur en Inde faute de containers disponibles et les prix sont multipliés par cinq. Un container me coûtait jusqu’à présent 1100 euros, on me réclame plus de 5 000 aujourd’hui. C’est du jamais vu ! ". 

Résultat, cette grosse tension sur le fret maritime fait diminuer les stocks en magasin. La tension est mondiale et tous les professionnels du commerce sont impactés. Ibrahim Safla compte rogner au maximum sur ses marges mais "je devrai obligatoirement augmenter mes prix de 30% si ma marchandise n’arrive pas jusqu’à la Réunion ".

Une flambée des matières premières qui inquiète

Cette situation difficile, Joël Gauvin responsable d'une pizzeria à St Benoît la vit aussi. " L’augmentation du fret a entrainé une hausse des prix des matières premières, les prix du fromage, de la crème et du poulet ont quasiment doublé aujourd’hui en une année " déplore-t-il.

"Ce qui nous coûte le plus cher aujourd'hui, ce sont les produits d’hygiène, une boîte de gants est passée de 6 à 13 euros 50, c’est exorbitant " s’insurge le pizzaiolo. L'avenir est loin de le rassurer, " le carburant augmente, tous les prix flambent, je ne sais pas comment je vais tenir avec mes 6 salariés ". 

" Les artisans ont le couteau sous la gorge "

Cette situation interpelle depuis plusieurs semaines les chambres consulaires. " Les artisans, des très petites et moyennes entreprises ont le couteau sous la gorge. Comment survivre avec une explosion des tarifs du fret maritime et une hausse aussi forte des matières premières ? " s’interroge Bernard Picardo le président de la chambre de métiers.

" L’Etat doit encadrer les prix pour que les entreprises puissent passer le plus dur de la crise " propose-t-il. Dans un communiqué de presse, la chambre de métiers demande un dispositif d’aide exceptionnelle de trésorerie pour sauvegarder toutes les entreprises artisanales.