Hommage : les derniers adieux à Max Banon

emploi
Hommage Max Banon 1
Dernier hommage à Max Banon ce lundi, lors des funérailles de l'ancien syndicaliste de la CGTR. ©Patrick Ramoudou

Recueillement et émotion au centre funéraire de Primat. De nombreux syndicalistes et amis sont venus rendre un dernier hommage à Max Banon, l'ex secrétaire de la CGTR Sud. Figure emblématique du paysage syndical réunionnais, Max Banon est décédé vendredi des suites d'une longue maladie.

Des visages fermés. De la tristesse. La famille, les amis et les collègues de Maximin Banon sont venus lui rendre un dernier hommage ce lundi 19 avril. L'ancien secrétaire général de la CGTR sud est décédé vendredi dernier à l'âge de 66 ans. Depuis, les communiqués ont afflués de tous bords pour saluer l'engagement et l'action du militant en faveur des travailleurs. 

Un zarboutan charismatique

Au centre funéraire de Commune Primat, les plus proches de Max étaient venus lui témoigner leur affection. Comme Thierry, un jeune militant. "Il était notre mentor. A nous, jeunes militants, il nous a appris la bienveillance et l'entrain au combat" confie le jeune syndicaliste encore marqué par le parte du "zarboutan, qui débordait de charisme et qui nous a tous marqué par sa générosité".  

Hommage Max Banon 2
Les compagnons de lutte sociale ont tenu à être présents aux côtés des amis et de la famille de Max Banon pour témoigner leur attachement au charismatique syndicaliste. ©Patrick Ramoudou

Figure emblématique du paysage syndical réunionnais, Max Banon s'était peu à peu retiré de la vie syndicale où il était considéré comme un "sage" toujours prêt à prodiguer de bons conseils, selon les représentants de la CGTR présents ce lundi à ses funérailles, en précisant que "la mort de Max Banon représente une grande perte pour le monde syndical"

Hommage à Max Banon itw de Stephenson Lallemand et Jacky Balmine

D'où l'hommage qui a lui été rendu, en début d'après-midi au centre funéraire de Commune Primat, par ces camarades engagés dans la lutte sociale. Une émotion palpable partagée par sa famille, ses amis et par les défenseurs du droit des ouvriers. Tous encore sous le choc, mais tous particulièrement attachés à être là, pour l'accompagner dans son dernier voyage.