réunion
info locale

Inondation à Madagascar : 32 morts, 116 675 sinistrés

sécurité
Madagascar, Inondation et conséquences 27 janvier 2020
©Capture d'écran Madagascar-Tribune
Le bilan des inondations de la semaine dernière est de 32 morts et 116 675 sinistrés. Le ministère de l’Intérieur interdit les téléthon et autres collectes de fonds sur les réseaux sociaux pour éviter les escrocs. On ne compte plus les fausses quêtes et fausses pages Facebook sur le net.
Les réseaux sociaux sont incontournables de nos jours. Ils permettent d’informer, d’alerter, mais aussi l’inverse pour les escrocs. Le ministère de l’Intérieur malgache vient de publier un communiqué pour sensibiliser les personnes qui souhaitent aider les sinistrés des fortes pluies qui ont touché la Grande île la semaine dernière. Madagascar-Tribune note : "Pour éviter toute arnaque, tout téléthon organisé par des associations, églises ou individus face au sinistre dû aux intempéries est interdit dans tout Madagascar". 
 

Les escrocs font des fausses pages pour capter les dons


Le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) précise que toutes les Organisations non-gouvernementales et les partenaires internationaux ont été alertés. L’aide s’organise.

Si cette mise au point était indispensable devant la multiplication des fausses opérations qui fleurissaient sur Internet, les associations qui ont pignon sur rue ne savent plus comment lancer une collecte de fonds. Cette interdiction les concerne aussi, les escrocs créent des fausses pages, à leur nom, pour capter les fonds.
 

67 écoles détruites


Le bilan du déluge qui s’est abattu sur Madagascar la semaine dernière, laisse sans voix : 32 morts, 10 disparus et 116 675 sinistrés. La dépression n° 6, baptisée Diane en devenant tempête tropicale au large de La Réunion, a touché les régions d’Analamanga, Boeny, Betsiboka, Alaotra Mangoro, Melaky, Diana et Sofia. Sur son passage, elle a détruit les routes, les ponts et noyé la campagne.

L’urgence est partout. Seize mille personnes ont dû quitter leurs villages qui ont été inondés. Elles ont dû se réfugier dans les centres d’hébergement. La majorité de ces centres sont des écoles, conséquence, en ajoutant les soixante-sept écoles ont été détruites, 6 600 enfants n’ont plus classe.