Interruption des livraisons à Bois-Rouge, les cannes de l’Est sont acheminées vers l’usine du Gol

agriculture
L'activité a repris à l'usine de Bois Rouge, mais les livraisons sont suspendues.
L'activité a repris à l'usine de Bois Rouge (photo d'illustration) ©Imaz Press
En conséquence de la grève des salariés de l’usine de Bois-Rouge, de près de 10 jours, les cannes ne peuvent plus être réceptionnées. Le broyage se poursuit pour rattraper le retard, mais les cannes de l’Est sont livrées par cachalots à l’usine du Gol.

Les livraisons de cannes de l’Est se font par cachalots à l’usine du Gol, à Saint-Louis. Un convoi de 10 cachalots effectue actuellement la route par l’Est. Après près de 10 jours de grève des salariés de l’usine de Bois-Rouge, difficile de rattraper le retard.

D’importants retards

L’activité a repris le mercredi 25 août au soir, après qu’un accord ait finalement été trouvé avec la direction de Tereos. Mais les cannes se sont amassées sur les plateformes et à l’usine, sans compter celles restées aux champs.

L’usine de Bois-Rouge peut donc difficilement broyer les cannes en retard et en réceptionner de nouvelles, d’autant qu’il n’est pas possible d’augmenter les quotas. La demande de la CMU de Beaufonds, de livrer au Gol, semble avoir été prise en considération, d’après le syndicat Upna.

 

Une richesse meilleure que l'an dernier

Hier, un bilan d’étape de la campagne sucrière 2022 a été réalisé lors d’une réunion de bureau élargi du CPCS. 125 000 tonnes de cannes ont été réceptionnées à Bois-Rouge jusqu’à la semaine dernière, et 153 000 tonnes au Gol.

Globalement, les richesses, de 12,75 à Bois-Rouge et 13,39 au Gol, sont en hausse sur les plateformes pas rapport à l’année dernière.

A leur demande de compensation suite aux jours de grève ayant impacter les planteurs du Nord-Est, les syndicats ont reçu un refus catégorique de Tereos. L’usinier estime que cela fait partie des risques industriels lors d’une campagne sucrière, rapporte le syndicat des Jeunes Agriculteurs.