publicité

" UN JOUR AVEC... Nadine " - Les ravages du tabac chimique

Témoignage inédit et saisissant ce vendredi soir dans le journal de 19h sur Réunion la 1ère. Pour la première fois, un jeune consommateur de tabac chimique raconte les ravages que provoque cette drogue apparue à La Réunion il y a quelques années.

© Réunion la 1ère
© Réunion la 1ère
  • Réunion la 1ère
  • Publié le , mis à jour le
20 à 200 fois plus puissante que le zamal, la chimique, ou l’effet chamane comme l’appellent les jeunes consommateurs, ne coûte pas très cher et entraîne une dépendance immédiate. Plusieurs vidéos montrant les effets dévastateurs de cette drogue sur de jeunes Réunionnais ont circulé ces derniers mois sur les réseaux sociaux.

Ce vendredi 8 juin, Jean-Marc Collienne, Florice Houngbo et Frédéric Testa, nous révèlent l’enfer dans lequel se retrouvent plongés les consommateurs de tabac chimique et leurs familles.

" UN JOUR AVEC... Nadine " - Les ravages du tabac chimique



Sur le même thème

  • UN JOUR AVEC

    Un jour avec... l'association la Halte, du Père Grienenberger

    L’équipe de “ Un jour avec… ” a passé une journée dans un centre d’hébergement pour les femmes victimes de violences.

  • UN JOUR AVEC

    Un jour avec… Laurent Roselli

    Laurent Roselli est le fils du chanteur de charme Pierre Roselli. Un peu plus de vingt ans après sa mort, ses chansons comme “ Marilou ” où “ Donn amoin la main ” sont toujours dans toutes les mémoires. Laurent avait 24 ans quand son père est mort, emporté par la maladie. Et c’est quand il a commencé à travailler comme facteur qu’il a réalisé à quel point les Réunionnais étaient attachés aux chansons de son père. 
    Aujourd’hui, Laurent Roselli les reprend sur scène, mais également, vous allez le voir, au hasard de ses tournées de facteur. Direction Sainte-Clotilde pour sa tournée quotidienne. 

  • UN JOUR AVEC

    Gilles Marsan, ramasseur de bouteilles

    Dans un jour avec..., nous allons découvrir un de ces petits métiers que l'on voit tous les jours autour de nous et qui permettent à ceux qui les exercent de gagner un peu d'argent pour améliorer leurs conditions de vie. C'est le cas des " gounifyoles ", les ramasseurs de bouteilles. A Saint-Denis, Gilles Marsan ramasse des bouteilles depuis plus de cinquante ans. Il a commencé à l'âge de 15 ans. A 68 ans, tous les jours, il fait le tour des boutiques. Et l’endroit qu’il préfère c’est le petit marché de Saint-Denis.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play