réunion
info locale

Kelonia : nouvelle relâche de tortues

animaux
Tortue Kelonia
©Lise Hourdel (Réunion la 1ère)
Peu après 10h, au cours de la matinée de ce mercredi 26 septembre, l'équipe scientifique de Kélonia a procédé à une relâche de 8 bébés-tortues. Prévue la veille au soir la relâche avait du être annulée à cause de la forte houle.






 
Gaby, la maman et ses 5 derniers petits se portent bien ! Merci pour elle et eux.
L'équipe de Kélonia avait découvert avec ravissement qu'une dernière éclosion (on dit émergence) avait eu lieu tôt le matin de ce mardi 25 septembre.

Pondu le 30 juin dernier et après 88 jours d'incubation, la plupart des petits, 110 pour être précis, avaient déjà rejoint la mer.
Il en restait 8 qui devaient été relâchés hier soir vers 18h à la tombée de la nuit et en toute intimité pour éviter une activité trop importante autour des bébés.
 

Débat scientifique

La tombée de la nuit est primordiale afin de respecter le cycle naturel.
La houle, trop forte hier, n'a pas permis le relâché.
A la suite d'un débat scientifique de haute tenue, il a été décidé de procéder à l'opération ce matin vers 10h.
 

Gaby préfère l'ombre à la lumière

Gaby avait pondu ses derniers oeufs dans un coin sombre de la plage du spot tortue/surf située entre l'entrée de St-Leu et Kélonia.

Ce nid avait été pondu une nuit où la mairie de St-Leu avait demandé l'extinction des lumières de la route, car il paraissait étrange que Gaby persistait à pondre sur un tout petit bout de plage, en réalité le seul morceau, qui ne reçoit pas la lumière artificielle des alentours. Nous pensons que l'absence de lumière a joué un grand rôle dans le fait que Gaby a fait ce choix pour pondre ses oeufs.


Alice Carpentier, spécialiste en tortue marine, ajoute : "Il  faudra veiller à améliorer la gestion des lumières la nuit sur les plages de ponte".

Elle travaille comme scientifique à Kelonia
Mais qui est cette Alice Carpentier ?
Alice Carpentier est une spécialiste en tortue marine. Biologiste, c'est elle qui a pu confirmer pour la première fois que les écailles qui se trouvent sur la tête des tortues sont comme les empreintes digitales chez l’homme. Le nombre des écailles, leurs disposition, leurs formes permettent de caractériser un individu car ces trois paramètres ne changent pas au cours de la vie d'une tortue."
Cette observation essentielle a permis de développer un outil d’identification véritable  programme de suivi : Torsoii. 
Publicité