L’assassin présumé de Nicolas Virassamy jugé aux assises à partir de ce mercredi

justice
Coups de fusil mortel à La Possession
Nicolas Virassamy, un bazardier de 36 ans, a été tué à coups de fusil le 25 juillet 2017 par Amide El Karbardji ©Philippe Hoareau
Les jurés de la cour d’assises de Saint-Denis vont se pencher pendant les trois prochains jours sur l’assassinat de Nicolas Virassamy, un bazardier de 36 ans tué à coups de fusil le 25 juillet 2017, à La Possession. Dans le box des accusés, Amide El Karbardji, encourt la perpétuité.
Dans le quartier de la ZAC Moulin Joli, à La Possession, les riverains n’ont pas oublié ce qu’il s’est passé au cours de la matinée du 25 juillet 2017. Ce jour-là, Nicolas Virassamy, le gérant d’un commerce de fruits et légumes de l’avenue Palestine, se fait tirer dessus à coups de fusil à pompes par un certain Amide El Kabardji.

Touché en plein thorax, la victime décèdera quelques jours plus tard. Son frère, Pascal, est lui aussi touché, au niveau du visage et du cou. Comment expliquer ce qui ressemble à un règlement de compte ? Le tireur présumé était le locataire d’un local appartenant aux frères Virassamy et dans lequel il avait lancé une petite activité, un snack baptisé "La famille O’Ptit Kara".

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
 
Assises fusillade La Possession

 

Loyers impayés et concurrence déloyale


Le courant ne passait plus entre Amide El Kabardji et la victime pour des questions de loyers impayés. Le gérant du petit snack se plaignait aussi de concurrence déloyale alors qu’il se trouvait dans le rouge financièrement. Un contexte tendu qui a précédé ce terrible passage à l’acte.

Amide El Kabardji a jusqu’à présent expliqué qu’il n’avait pas du tout l’intention de tuer Nicolas Virassamy et qu’il voulait juste lui faire "peur". Reste que la préméditation a bien été retenue au cours de l’enquête par le juge d’instruction en charge du dossier.

Jugé à partir de ce mercredi aux assises, il s’agira de voir si l’accusé d’origine algérienne et installé à La Réunion depuis une vingtaine d’année, maintient ses explications. Le verdict sera connu vendredi. Amide El Kabardji encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Les réactions de Me Sébastien Navarro, avocat de la défense, et de Me Rémi Boniface, avocat de la partie civile ce mercredi matin : 
 
Assises itw Me Sébastien Navrro et Me Rémi Boniface


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live