L'enseigne Run Market menacée de disparition

consommation
Trois des quatre enseignes "Run Market" pourraient disparaitre à La Réunion
Trois des quatre enseignes "Run Market" pourraient disparaitre à La Réunion. ©Imaz Press
2 ans après le rachat de Vindémia par le groupe Hayot, le marché de la distribution est profondément bouleversé avec le renforcement de la concentration. Le groupe Make Distribution en situation alarmante en est la première victime.

C’est un deal commercial qui devait, à l'origine, profiter aux consommateurs, aux fournisseurs, à l’emploi local et favoriser la diversité de l’offre dans la distribution : le rachat de la filiale du groupe casino Vindémia par le groupe Hayot (GBH) et l’arrivée d'un nouvel acteur, Make Distribution, propriétaire de Run Market.

Seulement voilà, 2 ans après l’opération, l’enseigne Run Market pourrait mettre la clé sous la porte, victime d’une concurrence féroce et frontale avec GBH et Leclerc. C'est ce qui ressort des conclusions de l'étude mandatée, par l'OPMR, l'Observatoire des prix, des marges et des revenus de La Réunion.

Bertrand Huby, Président de l'OPMR précise qu'au lieu "d'augmenter la concurrence, elle l'a fait baisser. Et si dans un premier temps, les prix ont diminué car le nouvel entrant Make Distribution a voulu les faire baisser de force même s'il n'avait pas les moyens financiers, avec le duopole (GBH & Leclerc) qui risque de se renfoncer en cas de disparition de Run Market, on va assister à une augmentation des prix."

Regarder le reportage de Réunion la 1ère : 

Grand distribution : Run market au bord du gouffre financier

Run Market, victime d’une concurrence frontale

 

L'enseigne Run Market est, aujourd’hui, menacée de disparition pure et simple avec le duopole qui s'est créé entre Carrefour du groupe Hayot (qui détient entre 36% et 39% de part de marché) et Leclerc (entre 27% et 29%). Viennent, ensuite, les magasins U (14%) et Run Market ne représente que 6%.  

Les deux plus importantes enseignes détiennent les 2/3 du marché local, notamment grâce à d'importants investissements : travaux menés, entre autres, à Carrefour Ste-Clotilde au centre commercial Sacré Cœur au Port pour GBH ou à la Réserve à Sainte-Marie pour Leclerc qui attirent les clients.

Les enseignes Run Market, situées à proximité, à Duparc Sainte-Marie à moins de 10 mn en voiture n'arrivent pas à séduire. Les 4 magasins du groupe (Le Chaudron à Saint-Denis, Sainte-Marie, Saint-André et Savannah Saint- Paul) enregistrent une baisse moyenne de leur chiffre entre 35% et 40% de perte par rapport au chiffre d’affaire que faisaient ces magasins avant leur rachat.

Run Market, victime de son Modèle économique

Par ailleurs, le groupe Make, propriétaire de Run Market est arrivé sur le marché local avec une dette de près de 80 millions d'euros qu'il peine à rembourser avec un modèle économique fragile.

Christophe Girardier, Rapporteur de l'étude, explique que "le groupe Make Distribution a fait le pari d'une logistique à flux tendu (les containers arrivent et sont directement traités dans les magasins), c'est-à-dire qu'il n'ya pas de centrale logistique locale. C'est très périlleux. Avec la crise du fret, c'est un modèle extrêmement préjudiciable."

Il y a aussi sa politique commerciale jugée "aventureuse" par Christophe Girardier qui précise que "les dernières promotions s'apparentaient  à des promotions de dernière chance. Elles ont lourdement impacté le compte d'exploitation du groupe."

Christophe Girardier, Rapporteur de l'étude, a visité les 4 magasins Run Market : "Dans ces magasins, il n'y a plus de poissonnerie parce l'enseigne ne paie pas son fournisseur, il n'y avait pas de marque comme la Dodo ou la bière Fisher il y a encore 15 jour. Il y a une faible représentation de marques nationales que les Réunionnais aiment bien au profit de marques distributeurs que les Réunionnais ne connaissent pas. Malheureusement, cet acteur est en situation désespérée avec aucune perspective."

Make Distribution, victime de bouleversements profonds du marché 

Si la crise Covid 19 a fait les affaires de l'ensemble des acteurs du secteur, des bouleversements ont profondément restructuré le marché de 2019 à 2021 :

  • 3 hypermarchés Jumbo et 12 supermarchés Score ont rejoint le groupe Hayot et sont passés sous l'enseigne Carrefour
  • Gros investissements pour la rénovation et l'aménagement de centres commerciaux phares comme Sainte-Clotilde et Sacré Coeur au Port
  • ouverture de 3 nouveaux hypermarchés Leclerc à Saint-Joseph les Terrasses, à Sainte- Marie la Réserve et à Saint-Pierre Caserne
  • L'enseigne U a ouvert 2 magasins dont un Hypermarché à Saint-Paul et l'enseigne Leader Price avec 18 magasins de proximité