La campagne sucrière démarre dans le Sud et l'Ouest

agriculture
campagne sucrière Sud et Ouest balance des Casernes
Ouverture de la campagne sucrière dans le Sud à la balance des Casernes ©Sophie Person
Ce jeudi 15 juillet, les planteurs du Sud et de l'Ouest effectuent leurs premières livraisons à l’usine du Gol à Saint-Louis. Des premières cannes encore un peu vertes, qui laissent craindre une nouvelle saison difficile pour les planteurs, et plus généralement pour l’avenir de la filière.

10 après le Nord et l’Est, le ballet des cachalots et des tracteurs débute ce jeudi 15 juillet dans le Sud et l'Ouest de l’île. L’usine du Gol à Saint-Louis réceptionne les premières cannes. Pour être les premiers à livrer, certains planteurs n’ont pas hésité à manier le sabre hier, mercredi 14 juillet, jour férié.

Coupeurs cannes champs
La campagne dans le Sud commence le 15 juillet 2021 . Ces planteurs coupent la canne le 14 juillet. ©Suzette Emma

Une prise de risque pour un planteur sudiste à l’œuvre depuis 6h du matin, il trouve en effet la canne encore un peu verte. Il craint que cette année soit moins productive encore que la précédente.

Encore une année qui s’annonce difficile

Les tracteurs et engins vont circuler jusqu’en décembre, ou peut-être avant étant donné les prévisions pessimistes pour cette campagne 2021. Après une saison 2020 très médiocre, avec un tonnage final d’environ 740 000 tonnes dans le secteur, les agriculteurs sudistes espéraient vraiment une année plus clémente.

Mais les conditions climatiques ont encore une fois contrarié la pousse de la canne, explique Frédéric Vienne, le président de la Chambre d’agriculture de La Réunion. Il y a eu une très forte sécheresse en début d’année et un hiver très froid qui aujourd’hui ralentit la croissance des plants.

La filière canne en danger ?

Les prévisions tournent autour d’1,6 million de tonnes, soit 800 000 tonnes dans chaque bassin cannier. Des chiffres alarmants pour la profession, selon Frédéric Vienne, d’autant que la prochaine convention canne doit être renégociée l’an prochain.

" Il faut que la confiance reste dans cette filière. Beaucoup d’agriculteurs sont dans un état de découragement et se tournent vers d’autres cultures, notamment la diversification végétale, surtout les fruits et légumes. Cela va dans le bon sens pour aller vers plus de souveraineté alimentaire, mais il faut faire très attention que cela ne déstabilise pas la filière canne. "

Frédéric Vienne, président de la Chambre d’agriculture de La Réunion

 

Les premiers couacs dans l'Est

Dans le Nord et l’Est, la campagne tout juste commencée connait déjà les premiers couacs. Mardi, certains planteurs ont montré une nouvelle fois leur désapprobation quant au mode d’échantillonnage pour calculer la richesse de la canne. Ils ont donc bloqué la plateforme de Beaufond à Saint-Benoit, mais les tensions semblent être redescendues hier.