La septaine à l’arrivée à La Réunion entre en vigueur

coronavirus
aéroport roland garros gillot 180121
©Nathalie Rougeau

Les passagers arrivant à La Réunion ce lundi 18 janvier au matin sont les premiers à devoir se soumettre à une septaine obligatoire "moralement et civiquement". Pas de départ sans test négatif désormais également. Le dépistage est possible à l’aéroport.

La septaine fait son retour à La Réunion, mais pas seulement. Les passagers arrivant dans l’île, mais aussi ceux qui atterrissent dans l’Hexagone, y sont soumis à partir de ce lundi 18 janvier. Pour faire face à la menace des variants du Covid-19, notamment le Sud-africain pour La Réunion mais aussi au variant britannique pour l’Hexagone, les autorités remettent notamment en place la septaine, suivie d’un test PCR.

Plus d'un millier de passagers à l’arrivée

Après un test avant départ, dont seul un résultat négatif autorise l’embarquement, les voyageurs arrivant à La Réunion doivent désormais se soumettre à une septaine. La période des retours de vacances ne bat pas encore son plein, mais semble déjà bien entamée.

Plus de 1 000 voyageurs sont attendus à l’arrivée aujourd’hui. Tous ont fourni un test négatif au Covid pour embarquer. La mesure est, elle, en place depuis plusieurs mois déjà.

Le reportage de Réunion la 1ère

Septaine, mode d’emploi

Les passagers qui s’engagent à effectuer la septaine doivent donc s’isoler à leur domicile, ou dans le lieu de leur choix, pendant une période de 7 jours. Cette période d’isolement doit permettre de s’assurer que les voyageurs ne sont pas dans la phase d’incubation et d’éviter toute contamination, a expliqué le préfet de La Réunion vendredi dernier.

Les passagers s’engagent à réaliser un test PCR à l’issue de leur période d’isolement. Ils pourront se rendre dans les centres de dépistage dédiés aux voyageurs, à savoir à la Nordev à Saint-Clotilde, à la salle Mahavel à Saint-Pierre ou encore à la mairie annexe de la Saline-les-Bains. Les dépistages se font sans rendez-vous de 10h15 à 12h30, sur présentation de la carte d’embarquement, d’une pièce d’identité et de la carte vitale.

Une septaine de précaution

Si la septaine est dite "obligatoire" , il s’agit en fait d’une "obligation morale et civique", comme l’a indiqué Jacques Billant. Depuis la décision du Conseil constitutionnel le 11 mai 2020, le confinement imposé aux passagers contre leur gré est contraire à la Constitution de 1958. Il considère que les mesures consistant à un isolement complet son des " mesures privatives de liberté ".

Pour les voyageurs qui réalisent la septaine, pas d’arrêt de travail, pas de chômage partiel non plus. Ils doivent donc s’organiser avec leur employeur, qui pourra si cela est possible mettre en place le travail à distance. Si cela n’est pas possible, ceux qui désirent réaliser la septaine malgré tout, devront voir s’il leur est possible de déposer des congés ou des RTT.

Pour les personnels de l’Education nationale et les élèves, la rectrice de l’académie de La Réunion a indiqué vendredi dernier que le travail à distance pour les professeurs et la continuité pédagogique pour les élèves seront mis en place afin de leur permettre de réaliser la septaine.