La Vigilance Vagues Submersion remplace désormais la vigilance Forte houle

catastrophes naturelles
Houle à Saint-Louis avril 2018
©Laurent Figon (Réunion la 1ère)

Fortes pluies, orages, houle, les vigilances des événements météorologiques dangereux évoluent. Un nouveau plan ORSEC vient d’être mis en place à La Réunion. Désormais, le risque de submersion est pris en compte, tout comme ses impacts.

Vous n’entendrez plus parler de vigilance Fortes Pluies ou bien de vigilance Orages, désormais les deux fusionnent en une vigilance Pluies/orages. Elle s’applique selon 5 zones : Est, Nord, Ouest, Sud et Sud-Est.

Mais surtout, la vigilance Forte Houle est remplacée par la vigilance Vagues Submersion, et concerne le littoral divisé en 8 zones côtières.

plan ORSEC vigilance vagues submersion 060421
©Préfecture de La Réunion

Le risque de submersion et d’érosion

Alors que la vigilance forte houle ne prenait en compte que la hauteur moyenne de la houle en pleine mer, la vigilance Vagues Submersion considérera les impacts à la côte, comme la hauteur des vagues qui frapperont la Route du Littoral.

Désormais, la hauteur, la période et la direction des vagues sont prises en compte, ainsi que le phénomène d’élévation du niveau de la mer susceptible d’être engendré par les marées ou la présence d’une dépression atmosphérique.

Les vagues-submersion sont liées à une forte élévation du niveau de la mer et au déferlement des vagues à la côte. A La Réunion, elles sont liées aux fortes houles d’origine cyclonique ou polaire. La houle cyclonique touche davantage le Nord et l’Est de l’île, la houle australe concerne le plus souvent les côtes Sud et Ouest.

Les conséquences prises en comptes

L’érosion ou la submersion du littoral devient ainsi un enjeu de première importance en matière de sécurité des personnes et des biens. Les submersions marines touchent les voies de communication, les habitations, les zones d’activités, qui peuvent ainsi être inondées et endommagées.

La zone de Bel Air à Saint-Louis ou encore le littoral de Sainte-Suzanne au niveau de la caserne des pompiers sont des zones qui peuvent être submergées. L’écoulement des cours d’eau peut être ralenti à proximité des embouchures et généré des débordements, comme à l’Etang de Saint-Paul.

Une expérimentation a notamment été réalisée avec la commune de Saint-Louis sur le site de Bel Air. Débutée en avril 2018, elle a permis de compiler des informations sur les dommages recensés suite à des épisodes de fortes houles et de les mettre en relation avec la houle et le niveau marin.

Une Vigilance Vagues Submersion plutôt que la vigilance fortes Houles ©Réunion la 1ère

La vigilance météorologique émise par Météo France comporte 2 niveaux : la vigilance et la vigilance renforcée. Le préfet peut aussi déclencher l’alerte météorologique quand l’évènement est susceptible de provoquer des désordres importants sur l’île.