Le Plan Blanc déclenché dans les hôpitaux de La Réunion face à l'afflux de patients atteints du Covid-19

coronavirus
Le personnel du CHU de Bellepierre à Saint-Denis.
Le personnel du CHU de Bellepierre à Saint-Denis. ©Imaz Press
Ce mercredi 19 janvier, le Plan Blanc est déclenché dans les hôpitaux publics de La Réunion. L'île fait face à une progression fulgurante du Covid-19. Le Plan Blanc est un dispositif de crise pour gérer l'afflux massif de patients Covid dans les hôpitaux.

La situation sanitaire se dégrade très rapidement ces derniers jours à La Réunion. Ce mercredi 19 janvier, dans un communiqué commun, les établissements publics du Groupement Hospitalier de Territoire de La Réunion (MCO CHU-CHOR-GHER, hors santé mentale) annoncent qu'ils activent leurs Plans Blancs.

Ces dispositifs d'urgence permettent de mobiliser tous les moyens et de réquisitionner du personnel. L'objectif est que l'hôpital public de La Réunion tienne le coup pour passer cette vague épidémique. 

Des adaptations dans les hôpitaux depuis des semaines

Hier, la préfecture de La Réunion et l'Agence Régionale de Santé ont annoncé un taux d’incidence à 4 254 cas pour 100 000 habitants au 17 janvier, et un taux de positivité proche de 30%. Du 8 au 14 janvier, 27 décès et 31 401 nouveaux cas de Covid-19, ont été enregistrés à La Réunion. 

Au 18 janvier, le taux d'occupation des lits de réanimation est de 88,6%. Sur les 105 lits installés à La Réunion, 60 lits de réanimation sont occupés par des patients Covid, et 33 par des patients présentant d’autres pathologies.

Le CHU de La Réunion, ainsi que l’ensemble des établissements de santé expliquent qu'ils adaptent leurs organisations depuis des semaines pour "répondre à l’afflux de patients Covid tout en assurant au mieux la continuité des soins pour toutes les autres pathologies".

Regardez les précisions du professeur Peter Von Theobald, président de la Commission Médicale d'Etablissement du CHU sur Réunion La 1ère :

Interview Peter Von Theobald : hôpitaux alerte rouge et plan blanc

 

Le Plan Blanc, un dispositif de crise

Toutefois, "la progression rapide de l’épidémie de Covid-19 contraint les établissements à déclencher leurs dispositifs de crise", expliquent les hôpitaux de La Réunion qui demandent à la population d'avoir "un recours raisonné aux services d’urgences hospitalières". Le déclenchement de ce Plan Blanc s'est fait en concertation avec l'Agence Régionale de Santé.

Ce dispositif de crise doit permettre de faire face à la hausse des prises en charge de patients Covid, à la tension sur les lits d'hospitalisation et de réanimation, et à la hausse d'activité aux urgences. Il doit aussi permettre de "sécuriser les capacités de prise en charge dans les prochaines semaines" dans les hôpitaux publics.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère :

Face à la flambée épidémique de Covid-19, les hôpitaux publics de La Réunion déclenchent le Plan Blanc. Les précisions de Réunion La 1ère

 

Des renforts fin de semaine

Ces dernières semaines, les hôpitaux ont augmenté leurs capacités d'hospitalisation et de réanimation en armant de nouveaux lits face à l'afflux massif de patients Covid. Relayés par l'ARS, les établissements publics de santé ont demandé au centre de crise sanitaire national, des renforts humains en personnels médicaux et infirmiers. Une grande partie des moyens demandés, médecins anesthésistes et infirmiers réanimateurs, doit arriver en fin de semaine à La Réunion.

Mobilisation totale des moyens humains et matériels

Le Plan Blanc est une dispositif d'urgence permettant aux établissements de santé de "mobiliser l’ensemble des ressources humaines et matérielles nécessaires afin de garantir la continuité des soins à l’ensemble des patients accueillis au sein des deux établissements et de prévoir notamment les modalités selon lesquelles le personnel nécessaire peut-être maintenu sur place ou, le cas échéant, rappelé lorsque la situation le justifie".

Un Plan Blanc retardé au maximum

Pour les hôpitaux publics de La Réunion, il était "important de préserver le plus longtemps possible, les personnels, exemplaires et totalement engagés, après presque deux ans de crise sanitaire". Ainsi, ils expliquent avoir "retardé" le déclenchement du Plan Blanc "jusqu’à aujourd’hui pour permettre au maximum de personnels de prendre du repos alors que la tension sur l’activité Covid croît de façon significative depuis plus d’un mois".

Pour autant "la situation actuelle, tant du point de vue de l’absentéisme, que de l’augmentation importante du flux des patients accueillis, et la nécessité d’anticiper au maximum les futures augmentations capacitaires qui seraient nécessaires, ne laissent d’autre choix que de l'activer".

Le 6 janvier dernier, Lionel Calenge, directeur du CHU expliquait que le Plan Blanc était déjà à l'étude. "La situation est inquiétante du fait de notre insularité et notre isolement, expliquait-il. Des personnels hospitaliers sont contaminés au covid, d'autres sont en vacances, les effectifs manquent". En deux ans, il y a eu 5 000 patients covid hospitalisés au CHU de La Réunion, dont 1 000 en service de réanimation. 

Le dernier Plan Blanc à La Réunion pour les Gilets Jaunes

La dernière fois que le Plan Blanc a été déclenché à La Réunion c'était en novembre 2018 lors du mouvement des Gilets Jaunes. Après onze jours conséuctifs de barrages sur les routes, les directeurs d'hôpitaux avaient déclenché le Plan Blanc pour permettre "d'organiser la continuité des soins pour répondre aux situations d’urgence".