Le préfet condamne les dégradations du Vaccinobus qui n'est plus opérationnel pour le moment

coronavirus
vaccinobus Plaine des Palmistes
©Stéphane Enilorac Réunion La 1ère
La nuit dernière l'unique vaccinobus de La Réunion a été la cible de cocktails Molotov alors qu'il était à son dépôt dans l'Ouest. Il n'est plus opérationnel pour le moment. Le préfet "condamne avec la plus grande fermeté les dégradations".

Dans un communiqué publié, ce lundi 10 janvier, le préfet de La Réunion, "condamne avec la plus grande fermeté les dégradations qui ont été perpétrées à l’encontre du Vaccinobus dans la nuit du 9 janvier au Port".

Des cocktails Molotov

Quatre cocktails Molotov ont été lancés dans l'enceinte du dépôt où était stationné le vaccinobus qui a été en partie incendié.

Ce véhicule est un centre de vaccination itinérant. Il est affrété au profit de l'Agence Régionale de Santé. C'est un "véritable outil de la solidarité territoriale en matière de vaccination des populations les plus éloignées des centres, rappelle Jacques Billant. Ces agissements délictuels et violents, visant à entraver une mission de service public, sont inacceptables". A bord, 200 doses de vaccins sont disponibles par jour.

"Les Réunionnais privés de protection sanitaire"

"Alors que le Vaccinobus est un véritable outil de la solidarité territoriale pour la vaccination des populations les plus éloignées des centres, s’en prendre à lui, c’est tenter de priver les Réunionnaises et les Réunionnais qui sont en attente de ce service d’accéder à la protection sanitaire à laquelle ils ont droit", écrit le préfet de La Réunion.

Pas opérationnel pour le moment

Ce centre de vaccination itinérant n'est plus opérationnel pour le moment. Son déplacement à Saint-Louis, ce lundi, a été annulé, ceux de jeudi et vendredi le sont aussi. 

"L'expertise est en cours, je ne sais pas encore si on pourra utiliser encore le vaccinobus et dans quel délais, on attend les conclusions de l'expertise", explique Martine Servat, directrice de l'animation territoriale, en charge de l'organisation de la vaccination.

L'Agence Régionale de Santé a l'intention de porter plainte. Une enquête a été ouverte.