Le projet de loi de "vigilance sanitaire" adopté à l'Assemblée nationale contre l'avis de cinq députés réunionnais

coronavirus
Assemblée Nationale
©Assemblee Nationale
L'Assemblée nationale a voté, dans la nuit de mercredi à jeudi, le projet de loi de "vigilance sanitaire" à 135 voix pour, et 125 contre. Parmi ceux qui s'y opposent, les députés réunionnais Jean-Hugues Ratenon, Karine Lebon, Nathalie Bassire, Philippe Naillet et Jean-Luc Poudroux.

Dans un climat houleux, les députés ont adopté, la nuit dernière, le projet de loi de "vigilance sanitaire", au bout de deux jours de débats régulièrement marqués par des joutes verbales dans l’hémicycle. Le projet de loi propose de prolonger jusqu'au 31 juillet 2022 le recours au pass sanitaire, ainsi que toute une batterie de mesures, pour freiner l'épidémie dans le cadre d'un régime post-crise. 

Cinq députés réunionnais votent contre

Le texte a été adopté à 135 voix pour et 125 contre. Parmi ceux qui ont marqué leur objection il y a cinq députés réunionnais dont Nathalie Bassire, Jean Hugues Ratenon et Karine Lebon. Hier, les députés ont passé neuf heures à débattre, et bien souvent à se déchirer, sur ces prorogations, et certains se sont même exprimés en créole. C’est le cas de Karine Lebon qui s’adressait au Ministre de la Santé.

Karine Lebon contre la vigilance sanitaire

 

Interpellé à plusieurs reprises sur la situation en Outre-mer, Olivier Véran, le Ministre de la santé a, une fois encore, rappelé que le Gouvernement a tout fait pour améliorer la situation. 

Olivier Véran répond sur la vigilance sanitaire

 

Le texte sera examiné au Sénat le 28 octobre. Par ce projet de loi, l’exécutif veut avoir la possibilité de prolonger l’obligation du passe sanitaire dans les lieux recevant le public et de réenclencher une période de couvre-feu, voire de confinement, si la situation sanitaire venait à s’aggraver au cours des prochains mois.