Les chauffeurs de bus du réseau Alternéo appelés à exercer leur droit de retrait suite aux agressions

transports petite île
bus covid citalis saint-denis 220221
©Olivier de Larichaudy
Suite à des agressions dans des bus ces derniers jours, le syndicat FO transports 974 appellent les chauffeurs du réseau Alternéo à exercer leur droit de retrait, jeudi 9 décembre, dès 9 heures.

"Depuis quelques jours, une violence inouïe se déchaîne sur les usagers et les conducteurs de bus à La Réunion", écrit FO transports 974, dans un communiqué, ce mardi 7 décembre.

Droit de retrait, jeudi prochain

Pour dénoncer cette "insécurité", le syndicat appelle les chauffeurs du réseau Alternéo à exercer leur droit de retrait, jeudi 9 décembre, dès 9 heures.

Hier, lundi, un conducteur de bus du réseau Alternéo a été agressé à Petite-Ile. Le week-end dernier, des voyageurs ont été frappés à coups de couteau par un autre passager, dans un bus, à Saint-Denis.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

 

Une banalisation des agressions et incivilités

FO transports 974 condamne "ces actes d’incivilité et agressions de toutes sortes, dont certains sont passés sous silence vue leur récurrence".

Il y a une banalisation des actes de vandalisme faits sur nos véhicules, des agressions physique ou verbale.

Joseph Magdeleine, secrétaire général de FO transports 974

 

"Il faut que cette banalisation s'arrête et que les acteurs publics prennent conscience qu'il faut tout mettre en œuvre pour la sécurité des chauffeurs et des voyageurs", assure Joseph Magdeleine, secrétaire général de FO transports 974.

"Une insécurité sur tout le réseau des bus"

Le syndicat demande aussi "à être reçus par l’ensemble des acteurs (pouvoirs publics, AOT…) afin de trouver une solution pour palier au problème d’insécurité sur le réseau des bus à La Réunion".

Hier, les Directions de la SEMITTEL et de Transports Mooland O, les deux entreprises en charge d’Alternéo, ont apporté leur soutien au conducteur agressé à Petite-Ile. Le réseau de bus et le chauffeur porteront plainte.

"La mission des chauffeurs est sociale"

"Un conducteur n'est pas payé pour prendre des coups, a réagi Mathieu Chichery, directeur général délégué de la SEMITTEL. Il est grave que dans le cadre de sa mission de service public, un conducteur subisse une altercation".

Regardez son interview sur Réunion La 1ère :

©reunion

 

Mathieu Chichery en "appelle à la responsabilité individuelle et collective des Réunionnais". "Nous transportons des familles, des gens qui travaillent et ont besoin de faire leurs courses, rappelle-t-il. La mission des chauffeurs est sociale et répond aux besoins de tous".