Les gendarmes malgaches tirent dans la foule : 19 morts et 21 blessés

violence
19 morts et 21 blessés suites aux tiurs de gendarmes à Ikongo Madagascar 31 août 2022
Le Premier ministre Christian Ntsay, le ministre de la Défense nationale Richard Rakotonirina et le ministre de la Justice François Dominique Rakotozafy se sont rendus sur place ©Capture d'écran Midi-Madagascar
Le bilan s’alourdit à Ikongo. Mardi soir, il était de 19 morts et 21 blessés graves. La veille, les gendarmes ont tiré sur des manifestants venus chercher un homme suspecté du meurtre d’une femme et de l’enlèvement d’un enfant albinos. La foule en colère s'est, ensuite, dirigée vers la prison pour libérer 200 détenus.

Lundi matin à Ikongo, district du Sud-Est de la Grande île, les gendarmes malgaches ont tiré dans une foule de manifestants voulant se faire justice. Ils exigeaient que les militaires leur remettent un présumé meurtrier, kidnappeur d’enfant albinos.

Les militaires ont tenté de dissuader la foule de s’approcher. Le commandant de la brigade a négocié avec les responsables de cette manifestation, mais sans succès. Après plusieurs avertissements et des tirs de sommation, les militaires ont baissé leurs armes et tiré en direction des personnes qui avaient franchi le périmètre de sécurité. Le bilan s’est alourdi. Mardi soir, on comptabilisait 19 décès et 21 blessés graves.

Depuis, lundi soir, la tension dans la région est extrême. La population pleure ses morts, mais une fois les funérailles passées, qu’elle sera la réaction des familles ?

Des renforts dépêchés sur place


Le ministre de la Défense nationale, le général Richard Rakotonirina s’est rendu sur place pour tenter de ramener le calme. Il doit rencontrer les responsables locaux : "À propos de l’insécurité", écrit 2424.mg.

Mission compliquée ! Lundi soir, après le drame devant la gendarmerie, la population s’est rendue au centre pénitentiaire pour libérer les détenus, nous apprend Midi-Madagascar : "Les gardes pénitentiaires avec leur famille se sont retirés de la ville d’Ikongo pour se rendre dans les villes les plus proches, ce qui a facilité l’évasion des détenus. 200 prisonniers ont quitté les lieux, certains ont rejoint leur famille, d’autres sont portés disparus."

Afin de prévenir un regain de tension, des renforts sont arrivés de Manakara. Ces nouveaux effectifs ont pour mission de ramener le calme, lutter contre l’insécurité grandissante dans la région, retrouver les détenus « libérés » et renouer le dialogue avec les villageois.