Les naufragés du bateau mauricien témoignent : " les secours nous ont sauvés, c'était incroyable "

faits divers
Les naufragés du "Tresta Star"
Les naufragés du "Tresta Star" ©Imaz Press
Les 11 marins du "Tresta Star" ont été récupérés sains et saufs la nuit dernière à bord de leur navire. Une opération périlleuse, très technique et délicate. Les naufragés ont été conduits dans un centre d'hébergement. Ils sont sous le choc et témoignent après leur sauvetage inédit.

"Je n'arrive toujours pas à croire que nous sommes vivants, confie Ishan, l'un des naufragés du "Tresta Star", ce vendredi matin. Les sauveurs ont tout fait pour nous sortir de là. Je tiens à les remercier".

 

Deux jours à dériver en mer

Ce sont des miraculés. Les onze marins bangladais et indiens du Trasta Star le reconnaissent ce matin : ils avaient perdu l'espoir de survie. Pendant trois jours, leur bateau, un tanker long de 74 m, a été malmené par le cyclone Batsirai. Aucune visibilité et des creux de plus de 15 m. "Cela faisait plus de 2 jours que nous dérivions en mer, avec ce mauvais temps dû au cyclone Batsirai, explique Mohammed, l'un des rescapés. Nous ne parvenions pas à en sortir. Nous étions coincés et à la fin, nous n'avions plus de contrôle du tout".

Regardez leurs témoignages :

Naufrage à Saint-Philippe : sains et saufs, les onze marins sont accueillis dans un centre d'hébergement au Tremblet. Reportage

 

Quelques jours à La Réunion

Hier soir, leur bateau s'échoue au large de Saint-Philippe. S'organise alors un incroyable sauvetage qui va durer plus de 8 heures, en pleine nuit et plein cyclone. Une tyrolienne entre la terre et la mer est installée et va permettre d'acheminer les marins entre le pétrolier et le bord du rivage. " Les secours nous ont sauvés, raconte Marvin, un autre rescapé. C'était incroyable !"

Aujourd'hui sains et saufs, ces marins n'ont toujours pas de nouvelles de leur armateur, mais surtout, il veulent rassurer leur famille. Hébergés ce matin dans une école primaire du Tremblet à Saint-Philippe, ils ont reçu des vêtements et des vivres avant de s'installer quelques jours à la Maison des pêcheurs du Port.