Les réquisitions dans le procès de foyer de Terre Rouge : de la prison, des amendes et 3 ans d’inéligibilité pour Nassimah Dindar, Jean-Jacques Vlody et Bachil Valy

justice
20160310 nASSIMAH dINDAR
©Réunion1ere
Le procès au tribunal correctionnel de Saint-Pierre a débuté ce jeudi.  La présidente du conseil général et deux de ses vice-présidents en 2008 sont accusés de discrimination à l’embauche.
Les réquisitions sont tombées en fin de journée. Le procureur a demandé 6 mois de prison avec sursis, 30 000 euros d’amende et 3 ans d’inéligibilité pour Nassimah Dindar et Jean-Jacques Vlody .
4 mois de prison avec sursis, 20 000 euros d’amende et 3 ans d’inéligibilité pour Bachil Valy.
Pour Michel Soucramanien, 4 mois de prison avec sursis, 10 000 euros d’amende,  et aucune peine pour Yvon Bello.
 
Les plaidoiries des avocats ont débuté et se poursuivront ce vendredi.
 
Rappel des faits
 
En 2008, juste après l’élection de Nassimah Dindar à la présidence du conseil général, près de 15 d’employés  contractuels du foyer de l’enfance de Terre Rouge à Saint-Pierre perdent leur emploi.
Ils sont remplacés pas des personnes qui n’avaient pas les compétences requises pour travailler dans un tel établissement.
Plainte est déposée pour favoritisme.
L’enquête ouverte dès 2008, aboutit en 2013 à la mise en examen de Nassimah Dindar et deux de ses  vice-présidents de l’époque, Bachil Valy et Jean-Jacques Vlody pour discrimination à l’embauche.
Deux autres personnes seront impliquées dans ce dossier Michel Soucramanien, un administratif du département et un ancien élu, Yvon Bello.
 
La première journée du procès avec David Couanon et Laurent Josse

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live