Les Réunionnais parmi les plus gros consommateurs d’électricité de France

océan indien
électricité
©Mayotte la 1ere
Selon l’agence "Up Energie", les Réunionnais figurent parmi les plus gros consommateurs d’électricité de France.

C’est une carte publiée par l’Agence “Up Energie” qui le dévoile. La Réunion figure parmi les 20 départements où la consommation électrique, par habitant, est la plus élevée, avec plus de 3 mégawatts/ heure par habitant pour l’année 2020.

Ce sont les départements qui apparaissent en brun foncé sur la carte.

Consommation d'énergie des Réunionnais
Les Réunionnais parmi les plus gros consommateurs d’électricité de France ©Up Energie

Pourtant, au début des années 2000, les Réunionnais consommaient encore moins d’électricité que les habitants de l’Hexagone.

Par ailleurs, la production d’électricité a augmenté de 3% en 2021. Ceci s’explique par la démographie, avec une population qui augmente, mais aussi parce que les équipements électriques au sein des habitations augmentent. En effet, ces dernières possèdent de plus en plus de gros électroménagers, de plus en plus de climatisation. Une tendance qui ne semble pas prête à s’inverser.

La Réunion très dépendante du pétrole et charbon

Pour la production d'électricité, La Réunion reste très dépendante des énergies fossile : pétrole et charbon. La situation locale est très différente de celle de l’Hexagone où c’est le nucléaire qui fournit la plus grosse part de l’électricité, plus de 70%.

A La Réunion, il n’y a pas de centrale nucléaire. De fait, plus de 70% de l’électricité de l’île est fournie par le fioul et le charbon qui sont importés à hauteur de 40% pour le fioul et 32% pour le charbon en 2021. Ces énergies fossiles servent à faire tourner les centrales thermiques du Gol et de Bois Rouge.

Les énergies renouvelables, elles, ne représentent que 28% de l’électricité produite : 

  • 11% d’hydraulique grâce barrage de Takamaka et aux réservoirs d’eau de la Rivière de l’Est. Des chiffres en baisse en 2021 en raison de la faible pluviométrie,
  • 8% pour le photovoltaïque,
  • 8% également pour la bioénergie (essentiellement les résidus de la canne, la bagasse, qu’on ne peut utiliser qu’une partie de l’année),
  • et 1% seulement pour les éoliennes en 2021, en forte baisse en raison de la fermeture pour travaux du parc d’éoliennes de Ste Suzanne.

Les énergies renouvelables diminue depuis 20 ans

La part des énergies renouvelables n’a pas cessé de diminuer depuis 20 ans. En effet, en l’an 2000, les énergies renouvelables représentaient près de 47% de la production d’électricité de l’île. En 2021, cette part tombe à 28% seulement.

Les efforts pour promouvoir les énergies renouvelables semblent balayés par l’augmentation incessante de la consommation. Pourtant, l’objectif affiché est le 100% renouvelable en 2024, avec le remplacement du fioul et du charbon par la biomasse, autrement dit les végétaux avec la bagasse, le bois et les déchets verts, locaux et importés, notamment les très controversées billes de bois importées du Canada.