Madagascar : 810 tortues radiata saisies

environnement
Saisie de tortues radiata février 2021 Madagascar
©Capture d'écran Madagascar-Tribune

La lutte, contre les trafics des richesses naturelles, est un véritable casse-tête. La saisie de 810 tortues radiata, ce week-end dans la région Sud, confirme la difficulté d'éradiquer ce fléau dans un pays où le revenu moyen par habitant est de 1,50 $ par jour, par famille. 

La nature paye un lourd tribu à la survie des populations les plus pauvres de la planète. À côté de chez nous, Madagascar en est la parfaite illustration. Souvent stigmatisés, les agriculteurs et les habitants de la brousse survivent, plus qu'ils ne vivent. Les richesses du sous-sol sont exploitées depuis des décennies par des entreprises coloniales, hier et étrangères, aujourd'hui. Les concessions sont octroyées contre des enveloppes. La corruption est une réallité à tous les étages de l'administration. Le dernier rapport de Transparency international est édifiant. Il place le pays, en 2020, au 149ème rang sur 180 dans le monde. 


Cet état de fait, explique pourquoi la population a si souvent recours à des trafics pour gagner de quoi se nourrir. 

Les tortues représentent de l'argent

 

Les tortues radiata sont, avec les lémuriens, le bois de rose et autres richesses naturelles, des opportunités de gagner quelques ariary. Ce constat doit être pris en compte avant d'asséner un jugement définitif. "Lulu, la tortue" est, pour les trafiquants, juste une source potentielle de revenus. 

Ce week-end, les gendarmes ont saisi 810 tortues dans le Sud de Madagascar dans la région de Benonoky. Ils ont également découvert dans la case des braconniers les cadavres de 23 petits reptiles. Le ministère de l'Environnement révèle dans un communiqué, que les suspects avaient pris la fuite avant l'intervention des forces de l'ordre. Dans ce document, les rédacteurs soulignent que le trafic de tortues est la première cause de sa disparition, avec le morcellement de son habitat. 

Les braconniers encourent des peines de 4 à 20 ans de réclusions et 100 à 400 millions d'ariary d'amendes (21 000 à 87 880 €) écrit Madagascar-Tribune.

Région de Benonoky à Madagascar
©Capture d'écran Google Map

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live