Madagascar-Covid : 1 166 nouveaux cas et 11 décès vendredi et samedi

coronavirus
Malade Covid à Madagascar avrl 2021
©Capture d'écran Madagascar-Tribune

La seconde vague de Covid déferle sur Madagascar. Le variant Sud-Africain se propage à toute vitesse. En début du week-end, 1 166 tests positifs et 11 décès ont été enregistrés. L'exécutif a décidé de confiner totalement la banlieue Nord de Tananarive lors des prochains week-ends. 

Les services de Santé de Madagascar sont obligés de reconnaître l'évidence. La pandémie de Covid se propage de plus en plus vite dans la population. Pour essayer d'enrayer cette déferlante, le président de la République, Andry Rajoelina, a annoncé, dimanche, que désormais, Analamanga, banlieue Nord de Tananarive, serait totalement confiné, le week-end. Cette décision est dictée par les derniers résultats : 1 166 nouveaux tests positifs et 11 décès, enregistrés par les laboratoires, vendredi et samedi, en fin de semaine dernière.

Selon les spécialistes en charge des examens depuis le début de la crise sanitaire, le taux de positivité dans la population est estimé à 34, 66 % écrit Midi-Madagascar. Tous les épidémiologistes espèrent qu'entre la seconde vague et la campagne de vaccination, la Grande île atteindra rapidement l'immunité collective.

Concilier la lutte contre la pandémie et la préservation de l'économie

 

La fermeture des frontières avec les districts d'Atsinanana, Boeny, Sava et Nosy-Be, le confinement total d'Analamanga, comme l'arrêt des transports en commun le week-end, l'interdiction, pour les cortèges funèbres, de pénétrer dans les zones fermées, la limitation des regroupements à 50 personnes et l'annulation, possible, des cultes dominicaux prouvent la gravité de la situation. 

Certes, officiellement, la situation n'est pas encore dramatique avec 542 décès et 32 205 personnes contaminées, écrit Madagascar-Tribune, mais la rapidité avec laquelle cette nouvelle souche virale se propage oblige les autorités à réduire leurs ambitions. Dimanche, Andry Rajoelina a réaffirmé sa stratégie : "Il faut préserver le travail et les activités économiques". Il a évoqué les conséquences des périodes de confinement total, lors de la première vague. Le résultat, de ces décisions, est la faillite de plusieurs entreprises et la destruction de milliers d'emplois, précise L'Express de Madagascar.