Madagascar : la QMM nie toute pollution et responsabilité dans la mort des poissons

pollution
Madagascar Fort-Dauphin Les ouvriers bloqués dans la mine 5 mai 2022
Les ouvriers de la mine de Mandena ont été bloqués dans l'usine par la manifestation des pêcheurs. Ces derniers protestent contre la pollution des rivières qui, selon eux, serait due à la mine ©Capture d'écran Madagascar-Tribune
La QMM, société minière installée à Fort-Dauphin, a été la cible des petits pêcheurs. Selon eux, les rejets d'eau de la mine de cette société, sont responsables de la mort des poissons. Faux, selon les études de Rio Tinto QMM.

En mars 2022, une mortalité inexpliquée de poisson en aval de la mine de la QMM dans la région de Fort-Dauphin oblige le gouverneur de la région à interdire la pêche.

Fin avril, exaspérée par cette situation et l'absence de dialogue, les petits pêcheurs et les riverains des rivières concernées, installaient des barrages sur les voies d'accès à la mine.

Finalement, fin avril après une réunion organisée par le gouverneur la direction locale de la société de faire valoir sa version des faits mettant fin aux conflit au début du mois de mai 2022. 

La QMM rappelle l'historique des faits 

Le 21 mars 2022, la tension avec la population locale devenant palpable, le service communication de la QMM rompt le silence et livre la position officielle de l'entreprise sur l'incident : "Compte tenu des volumes d'eau accumulés sur le site,"... "Comme le prévoit la réglementation environnementale, une opération de relâchement d'eau a été conduite le 8 mars". (NDLR : accumulation d'eau liée aux passages des cyclones)

Le 3 avril 2022, compte tenu des informations contradictoires qui circulent, nouvelle intervention officielle de la direction de la mine : "La QMM réaffirme sa pleine et entière maîtrise de l'impact environnemental de ses installations", et de poursuivre, "les laboratoires indépendants mandatés par les autorités convergent et démontrent que l'ensemble des paramètres vérifiés sont conformes à la législation nationale."

Plus d'un mois après avoir relâché d'importantes quantités d'eau et soulagé les retenues de la mine, la QMM soulignait : "À l'heure actuelle, les nombreux examens biologiques réalisés et transmis aux autorités confirment l'absence de tout impact."

Dialogue et solutions

Afin d'apaiser le climat social, un accord a été signé par la société minière, le gouverneur d'Anosy, des représentants de la société civile, des pêcheurs et des notables de Fort-Dauphin. Il stipule : "Ainsi, le système d’adduction d’eau potable, pour Fort-Dauphin et ses environs, sera renforcé en partenariat avec la Jirama. La situation spécifique des pêcheurs du système lagunaire due à la mise en place du seuil déversoir, sera prise en compte. Les sujets fonciers touchant les usufruitiers et les plaintes des occupants, seront traités", précise Midi-Madagascar.

Pour rappel,  "la QIT Madagascar Minerals (QMM), est une coentreprise entre Rio Tinto (80%) et le gouvernement de Madagascar (20%). Elle est située près de Fort-Dauphin. Elle produit de l'ilménite, qui est une source majeure de dioxyde de titane, principalement utilisée comme pigment blanc dans les peintures et le papier".