Madagascar : le MS Francia transportait des passagers depuis des années

océan indien
MS Francia III Madagascar naufrage
©Capture d'écran La Vérité
85 morts, 3 disparus et 50 rescapés c'est le dernier et dramatique bilan, suite au naufrage du MS Francia le 20 décembre 2021. Sans attendre les conclusions de l'enquête de gendarmerie, les langues se délient. Ce navire de marchandises transportait des passagers depuis des années.

Sur le MS Francia chaque voyageur devait payer 3 000 Ariary, soit 0,67 € par trajet. Ce navire, comme ses prédécesseurs, effectuait du cabotage entre Mananara et Ivongo. Il livrait de la marchandise, mais permettait à ses passagers de rentrer dans leur commune en évitant un voyage par la route, long et incertain. Ce n'est pas un hasard, si à quelques jours des fêtes, plus de 100 clients avaient embarqué. 

Comme des témoins l'ont expliqué au site laverite.mg, il est impensable que tant de personnes puissent monter à bord d'un navire sans que personne ne le sache. L'un des riverains interrogé explique : "Il a fait au moins cinq fois ces derniers temps ce transport illicite de passagers. Le MS Francia quitte Mananara presqu’à vide et fait le plein de passagers à Antanambe avant de rallier Soanierana-Ivongo contre le paiement de 30 000 Ar par voyageur".

Si de simples riverains sont affirmatifs, comment croire cette information officielle : "Le soir du 20 décembre 2021, l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF) en charge de contrôler les navires, répète que le commandant du MS Francia III est parti sans autorisation". Un communiqué transmis à Midi-Madagascar comme aux autres journaux.

Des accidents identiques le long de cette côte

 

Ce n'est pas le premier naufrage, dû à une surcharge, qui se produit dans cette région. Un mémoire a été publié en 2013 par un élève en droit. L'étudiant s'était intéressé aux accidents maritimes le long de la côte Est de Madagascar. En conclusion, il écrivait : "Chaque accident a sa cause. La majorité est due soit à la surcharge, soit au mauvais temps". Il est logique d'ajoujer qu'en cas de mauvais temps ou d'incident, la surcharge complique la navigation. L'étudiant avait relevé une quinzaine de fortune de mer à l'origine de nombreux décès.

Il faut évidemment tenir compte du contexte général de la Grande île, mais affirmer que cet accident est dû à uniquement à l'appât du gain du propriétaire du navire et de son commandant semble trop rapide. Des gardes fous n'ont manifestement pas fonctionné.

"La plupart des passagers naufragés, lors de cet accident, ont embarqué à Antanambe et sont en majorité des saisonniers venus des quatre coins de la Région, et même d’Antananarivo", avance une source locale. Elle qui estime que les corps retrouvés, mais non reconnus par la population locale pourraient être ceux des travailleurs venants de la Province d’Antananarivo.