Madagascar : un cargo s'échoue sur la plage à Tamatave

économie
Le Hassina navire malgache échoué sur la plage de Tamatave
©Capture d'écran 2424.mg

Le Hassina, cargo malgache très vétuste, qui effectuait le transport de marchandises de Tamatave à Nosy Be s'est échoué sur la plage de la ville portuaire de l'Est, face du lycée. L'incident s'est produit, lundi. Son mouillage a cédé. Le risque de marée noire est réel.

Le Hassina, navire de charge qui effectuait des liaisons entre Tamatave et Nosy Be, s'est échoué lundi, sur la plage située juste en face du Lycée de la ville portuaire de la côte Est. Le cargo, battant pavillon malgache, semble hors d'âge. Les images sont parlantes et expliquent, pourquoi ses chaînes se sont rompues alors qu'il mouillait à quelques encablures du port. Certes, les conditions de mer étaient difficiles, mais cet incident est surtout dû à l'état général du transporteur de marchandise. 

Avant la pandémie de Covid-19, le bateau transportait de la marchandise de Tamatave vers Nosy Be nous apprend 2424.mg. Son unique mission ayant pris fin, en 2020, le Hassina était amarré à quai à Tamatave. Un stationnement coûteux obligeant l'armateur à renoncer à l'abri. Une économie qui risque de coûter une fortune à la société (si elle est solvable) et à l'Etat dans le cas contraire. 

Un risque de pollution

 

Des opérations ont été entreprises pour sortir le navire du sable. Les premières tentatives ont "échoué". Les secours attendent une accalmie, pour permettre aux remorqueurs de tirer le Hassina de sa mauvaise posture, les autorités locales ont procédé à l'obturation des sorties de carburant et de lubrifiant, précise Midi-Madagascar. Il y a urgence, le risque de marée noire est réel. Les entreprises malgaches spécialisées dans ce type de catastrophe ont été alertées. Elles sont prêtes à intervenir pour lutter contre tout risque de pollution. 

Une nouvelle tentative doit être effectué pendant la marée haute pour désensabler le navire. 

Notons que les accidents maritimes se multiplient. Certains équipages sont prisonniers des navires depuis des mois, d'autres bâtiments s'abîment à quai.