Madagascar : un policier complice des cambrioleurs du stade Barea

faits divers
Pillage du stade Barea 29 septembre 2021
Les pilleurs s'introduisaient dans le stade Barea par l'aile Sud ©Capture d'écran L'Express de Madagascar
Le stade Barea était cambriolé, tous les soirs depuis des semaines. Deux suspects et un policier ont été interpellés par les gendarmes. Les voleurs emportaient des barres de fer quand ils ont été interpellés.

Le 2 septembre 2021, le stade Barea a été officiellement inauguré. C'était juste avant le match, qualificatif pour la Coupe du monde 2022, face au Bénin. Depuis l'écrin, qui porte le nom de l'équipe nationale de football, est vide. Enfin, presque...

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 3h du matin, les gendarmes de Mahasimana ont interpellé deux individus qui chargeaient tranquillement des barres de fer dans une charrette à bras, écrit L'Express de Madagascar. Manifestement, ce n'était pas leur première intrusion dans l'enceinte sportive. Selon les riverains, qui ont alerté les forces de l'ordre, le manège des deux suspects durait depuis plusieurs jours. Les témoins ont immédiatement évoqué la présence d'un complice. L'homme portait une tenue de policier et discutait avec les suspects avant d'entrer.

Pris en flagrant délit

 

Les deux voleurs ont été arrêtés, alors qu'ils quittaient le stade avec leur charrette chargée de métaux, en longeant l'aile Sud de l'enceinte sportive, juste en face le l'église protestante de Mahamasina. Très rapidement, les militaires ont démasqué le policier. En garde à vue, les trois hommes ont expliqué qu'ils vendaient le butin à un ferrailleur d'Ambalavao Isotry, installé dans l'Est de la capitale. Les cambrioleurs donnaient une partie des sommes collectées au policier qui assurait leur impunité. 

Les barres de fer, saisies, ont été replacées dans la pièce où elles étaient entreposées. L'enquête des gendarmes de d'Ankadilalana va devoir établir le préjudice et si possible récupérer une partie des matériaux du stade qui ont été vendus. Les enquêteurs vont également éplucher les comptes du receleur. Manifestement, ce ferrailleur s'intéresse peu à la provenance de la matière première qu'il achète.