Madagascar : une tonne de cannabis saisie à Ambaja

sécurité
Saisie d'une tonne de cannabis Madagascar
(Ilustration) ©Capture d'écran L'Express de Madagascar
Les gendarmes malgaches ont découvert en fin de semaine dernière, quarante-deux sacs remplis de cannabis, pour un poids total d’une tonne. Les trafiquants ont pris la fuite. Ils avaient dissimulé la cargaison à Ambaja, au cœur de la forêt primaire. En inspectant les lieux, les militaires ont trouvé une plantation.

Malgré les dimensions de l’île, l’explosion des trafics en tout genre et le manque de moyens, les forces de l’ordre malgaches parviennent à multiplier les saisies. En fin de semaine dernière, avec l’aide des agents de Park National de Madagascar, les militaires de la compagnie territoriale d’Antsohihy, ont saisi une tonne de cannabis.

La marchandise était stockée dans 42 sacs. Ils étaient cachés dans la forêt vierge d’Analabe, située dans le district d’Anbaja (région du Nord-Nord-Ouest de Madagascar).

À l’occasion, les militaires ont, également, découvert que les trafiquants avaient utilisé cet abri naturel pour planter des milliers de pieds de cannabis.

Une zone sous surveillance


La tonne de "zamal" a été saisie et devraient être détruite dans les prochains jours. Les "planteurs" sont parvenus à prendre la fuite avant l’arrivée des militaires, précise L’Express de Madagascar.

Ce n’est pas une première dans la région. En 1998, la maréchaussée d’Ambaja découvre des plantations de plusieurs centaines de pieds de cannabis. Cette première saisie alerte les autorités qui décident de renforcer la surveillance. Les trafiquants migrent un peu plus au Nord, mais n'abandonnent pas la "poule aux œufs d'or".

Deux ans plus tard, les gendarmes d’Ambilobe découvrent une plantation de 20 000 pieds et saisissent 540 kg de "zamal" prêt à être vendus, écrivait 2424.mg le 20 octobre 2020. L'an dernier, ils font main basse sur 2,4 tonnes.

Ces coups de filet ressemblent, de plus en plus, à des coups d’épée dans l’eau. Comment lutter contre les trafics quand des milliers de malgaches vivent dans un dénuement total et tentent juste de gagner de quoi manger ?