Mafate : inauguration d’une nouvelle passerelle pour le passage du Bras d’Oussy

océan indien
inauguration pont de Mafate
©Alexandra Pech
A Mafate, les sentiers ont été sécurisés par l’Office national des forêts à l’occasion du Grand Raid. Une nouvelle passerelle a notamment été inaugurée au niveau du Bras d’Oussy, un passage jusqu’alors impraticable par temps de très fortes pluies.

A deux jours du départ du Grand Raid, la plus grande course de l’année, les sentiers de Mafate sont tous sécurisés. Parmi eux, le fameux sentier Scout, l’une des portes d’entrée du cirque qui permet de rejoindre Ilet à Bourse à Grand Place.

Petite nouveauté sur cet axe particulièrement fréquenté (32 700 passages en 2018) : les participants du Zembrocal et de la Diagonale des fous emprunteront une nouvelle passerelle au niveau du Bras d’Oussy. Elle a été inaugurée ce mardi 19 octobre par l’ONF et le Département.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

 

Une bonne nouvelle pour les Mafatais

Jusqu’à présent, le passage pouvait se révéler impraticable en période de cyclones ou de très fortes pluies, parfois pendant une à deux semaines, coupant ainsi la liaison entre les deux ilets. C’est aussi une bonne nouvelle pour les habitants du secteur, dont la vie quotidienne était également fortement impactée durant les intempéries.

Cette passerelle longue de 28 mètres a été construite au-dessus de la ravine, sous le pilotage de l’Office national des forêts. Un chantier d’un montant de 200 000 euros qui a été financé par le Département et l’Europe.

inauguration pont de Mafate
©Alexandra Pech

Un ouvrage inédit à Mafate

La structure en arc de cercle, une innovation dans le cirque, a été conçue pour résister au temps et aux aléas climatiques. Les agents de l’ONF expliquent avoir porté une attention particulière à l’intégration de l’ouvrage dans le paysage.

"C’est un ouvrage très léger à la différence des autres passerelles qui sont dans Mafate. Il n’y a pas de grosse poutre en dessous qui assure sa stabilité ni de câbles d’amarrage au-dessus", explique Bernard Labrosse, référent sentiers à l’ONF. Les ouvriers ont également réalisé des murs en pierres sèches à ses extrémités.

Le plancher est par ailleurs fait d’un bois qui ne nécessite aucun traitement : "Il n’y aura pas une seule goutte de produits chimiques qui pourra tomber dans la rivière", nous assure-t-on.