réunion
info locale

Mahé, 4 ans, a besoin d’une greffe de moelle osseuse

santé
Mahé
©Réunion La 1ère
Mahé, 4 ans et atteint d'une leucémie lymphoblastique, a besoin d'une greffe de moelle osseuse. Sa famille lance un appel aux réunionnais.
Mahé suit actuellement une chimiothérapie à l'hôpital de Toulouse où vivent ses parents. Ses proches, originaires de Cilaos, appellent les réunionnais à l'aide, à la recherche d'un don de moelle osseuse qui lui sauverait la vie. 
piqûre moelle osseuse
©Réunion La 1ère
Le don de moelle osseuse est simple. Une prise de sang classique suffit. En effet, il ne faut pas confondre moelle osseuse et moelle épinière. Pour être donneur, il est nécessaire, au préalable, de s'inscrire au Fichier National. Puis faire un premier test. Enfin attendre. Si vous êtes compatible avec une autre personne, on vous appelle. 
 

Pourquoi une greffe de moelle osseuse ?

La greffe de moelle osseuse est une indication thérapeutique pour 80 % des pathologies graves du sang. Chaque année en France, plus de 2.000 personnes ont ainsi besoin d'un greffe de moelle osseuse.
Pour qu'une greffe réussisse, il faut que la moelle osseuse du donneur et le corps du malade s'acceptent mutuellement. Pour y parvenir, il faut donner au malade une moelle osseuse aussi identique que possible à la sienne. 
C'est parmi les frères et sœurs qu'on trouve le plus facilement des sujets ayant le même groupe tissulaire, appelé groupe HLA, mais tous les malades n'ont pas cette chance. Une fois sur 4 seulement, on trouve un frère ou une sœur compatible. C’est pour cela qu’un registre de volontaires offre plus de possibilités de trouver un donneur compatible.
Les registres nationaux sont interconnectés et représentent ainsi plusieurs millions de volontaires.
moelle osseuse
©Réunion La 1ère
Tous les membres de la famille de Mahé se sont inscrits au Fichier National pour être donneur. Même si il y a peu de chance qu'ils soient compatibles avec lui, son petit frère de 2 ans ne l'est malheureusement pas. Mais la famille souhaite pouvoir venir en aide d'autres malades qui pourraient en avoir besoin. 

Le reportage de Jean-Marc Seguin: 
©reunion
Publicité