Manifestation à Pierrefonds : trois hommes et une femme condamnés à des amendes

justice
Le tribunal de Saint-Pierre.
©Loïs Mussard
Interpellés lors de la manifestation du 15 septembre dernier, quatre personnes sont été jugées ce vendredi. Trois hommes et une femme, ayant participé au barrage sur la 4 voies de Pierrefonds ont été condamnés à des amendes et partiellement relaxés. Le parquet fait appel des peines prononcées.

Quatre personnes interpellées lors du blocage de la 4 voies de Pierrefonds mercredi 15 septembre ont été jugées ce vendredi 17 septembre après-midi en comparution immédiate devant le tribunal de Saint-Pierre.

Entrave à la circulation et d’autres faits

Trois hommes et une femme qui ont reconnu, en partie, les faits qui leur étaient reprochés. Les trois hommes comparaissaient pour entrave à la circulation et pour attroupement après dispersion.

La femme était jugée pour entrave à la circulation, mais également pour rébellion suite à un contrôle d’identité qui s’était soldé par une interpellation. Une affaire qui date du 3 septembre dernier.

La procureure a requis 4 mois de prison avec sursis et un stage de citoyenneté pour les trois hommes. La même peine assortie d’une amende de 300 euros a été requise à l’encontre de la femme.

Amendes et relaxes

Le tribunal a bien reconnu l’entrave à la circulation pour les trois hommes, qui ont été condamnés à 600 euros d’amende. Ils ont en revanche été relaxés des faits d’attroupement après de dispersion.

Lors de l’audience, ils ont affirmé qu’ils n’avaient pas entendu la sommation des policiers car ils se trouvaient à ce moment-là près d’un camion dont le moteur tournait. Des propos qu’ont semblé corroborer les vidéos présentées.

La femme a été relaxée pour les faits d’entrave à la circulation, mais elle a été en revanche condamnée à une amende de 300 euros pour rébellion.

La prochaine fois je reste à la maison "

La présidente du tribunal a posé la même question aux quatre prévenus : " cette garde à vue, est-ce que ça vous fait réfléchir ? "  Apparemment oui, " je regrette, dit l’un, la prochaine fois je reste à la maison ". " Je me bats pour mes enfants, dit l’autre, mais sur les réseaux on est 100 000, et le jour J personne ". La prochaine fois, lui aussi dit vouloir rester chez lui.

" Je me bats en théorie pour la liberté, là j’ai été privé de liberté pendant 2 jours et je vois ce que ça fait ", conclut un autre prévenu. Leur apparence, grands, costauds et tatoués, n’en fait pas des meneurs pour autant, et leur attitude à la barre allait dans ce sens.

Le parquet fait appel

Ce vendredi soir, on apprend que le parquet de Saint-Pierre fait appel des peines prononcées.