Maraîchage : les salades n'ont pas résisté aux fortes pluies

agriculture
 producteur de salades Les Makes 1
Des champs de salades qui s'étendent sur un hectare et un constat: les pluies ont détruit la moitié de la production de Jean-Hugues Picard. ©Isabelle Allane

Dans les hauts de Saint-Louis, à la Plaine-des-Makes, Jean-Hugues Picard cultive la salade. Avec les fortes pluies, la moitié de sa production a été détruite. Le maraîcher tente de rester stoïque mais le découragement est palpable.  

A 1000 mètres d'altitude. Au lieu-dit Bon accueil. Sur le plateau de la Plaine des Makes. Les rangs de salades de Jean-Hugues Picard s'étirent sur un hectare. Depuis 6h30 ce mardi, l'agriculteur et ses ouvriers sont à courbés dans les champs. Objectif: planter 12 000 pieds de salades dans la journée. 

producteur de salades les makes 2
La moitié de la récolte est perdue pour Jean-Hugues Picard. Même les salades les plus belles en apparence sont victimes de la pluie, qui a développé des champignons : "la rouille". ©Isabelle Allane

"Sans grand espoir..."  confie Jean-Hugues Picard, car "s'il y a du soleil, les salades seront cuites par la chaleur. Si la pluie se maintient, les nouveaux plants vont pourrir comme le reste de ma production... ". Un constat terrible, car l'accumulation de pluies a entraîné une perte sèche pour le maraîcher.

Une récolte détruite à plus de 40% !

Jean-Hugues Picard, agriculteur

 

"Une récolte détruiite à plus de 40% ! Et ce n'est pas fini... " déplore-t-il en montrant les salades rabougries. Gorgées d'eau à l'extrême. Invendables. Les plus belles, prêtes à être récoltées et donc plus résistantes en apparence, ne sont pas mieux loties en réalité. Elles sont assaillies par "la rouille", un champignon qui se développe en terrain... humide. 

Salades les makes détruites par la pluie
Les salades, gorgées d'eau, sont rabougries. Les feuilles noircies. Invendables. ©Isabelle Allane

 

L'agriculteur ne cache pas son découragement. Sa colère aussi. "Les gens dénoncent l'augmentation du prix des salades, il ne se rendent pas compte de ce que cela repésente pour nous sur le terrain" lâche Jean-Hugues Picard dépité. 

Le reportage d'Isabelle Allane et de Daniel Bénard

Les salades n'ont pas résisté à la forte pluie

Toute une récolte qui tombe à l'eau, ce sont des heures et des heures de travail perdues. L'absence de bénéfices et des perspectives peu encourageantes pour l'avenir. Car mauvais temps ou pas, le travail doit se poursuivre pour l'entretien des exploitations. Dans l'attente de jours meilleurs. Plus propices à de bonnes récoltes de salades.