Maurice : classée parmi les autocraties selon l'institut V-Dem

politique
Drapeau de l'île Maurice
©Capture d'écran Air Mauritius

Le respectable et reconnu institut V-Dem, basé à Göteborg en Suède, vient de publier son classement annuel sur l'état de la vie démocratique dans les pays considérés comme tel. Mauvaise nouvelle pour l'île Maurice. Elle est déclassée. Elle glisse, selon l'étude, vers l'autocratie...

La démocratie est l'absolu de la politique. L'autocratie est souvent liée à un homme. Ce dirigeant oublie de consulter les corps intermédiaires et gère, de manière verticale voire autoritaire, le pays. L'électeur conserve le droit de vote, mais cette consultation n'a pas d'influence sur les décisions qui seront imposées. 

Est-ce possible que notre voisine soit touchée par ce symptôme politique ?

Oui, selon V-Dem, institut respecté et respectable, qui étudie la santé démocratique de l'ensemble des nations. Interrogé par l'Express de Maurice sur ce déclassement étonnant, vu de l'extérieur, l'avocat Richard Rault explique que le recours excessif aux forces de l'ordre, les suspensions de leurs fonctions de quatre députés, les arrestations et incarcérations d'opposants ne peuvent être considérés : "Comme des incidents isolés, mais comme une dérive".

Liste noire et autocratie

 

Maurice, exemple de développement dans l'océan Indien et en Afrique, est-elle si peu vertueuse ? Cette question devient prégnante quand l'on se souvient de la déflagration provoquée par son inscription, en juin 2020, sur la liste noire des pays peu fréquentable de l'Union européenne. En octobre l'année dernière, alors que l'île sœur se battait, déjà, contre l'épidémie de Covid-19 et la marée noire provoquée par le naufrage du Wakashio, elle était officiellement blacklistée par l'Europe. Les recours n'ont eu aucun effet...

Ce nouveau coup dur est la suite logique des rapports négatifs publiés par le département d'États américains et la décision de l'UE. L'image économique de Maurice est devenue catastrophique dans les pays industrialisés. Milan Meetarbhan, avocat et spécialiste en droit constitutionnel, souligne : "Nous assistons depuis quelque temps à un recul de la démocratie dans le pays,"... "Des institutions qui sont censées être les chiens de garde de la transparence et de la démocratie deviennent des instruments".

Les Mauriciens veulent réagir

 

La situation sanitaire actuelle complique sérieusement les stratégies des opposants. Difficile d'engager des actions quand il est interdit de sortir et se regrouper. 

La liberté de la presse est directement visée écrit V-Dem : "Les gouvernements en colère attaquent d'abord les médias et la société civile, et polarisent les sociétés en ne respectant pas les opposants et en diffusant de fausses informations, pour ensuite saper les institutions formelles". Ce constat est effectué chez nos voisins selon l'institut : "L’État utilise les procès en cour pour fatiguer et affaiblir une presse indépendante. Même si l’issue du procès n’est pas gagnée d’avance pour le gouvernement, le procès tend à épuiser financièrement le titre de presse et à décourager les journalistes, qui peuvent aussi faire aussi face à des poursuites au pénal pour "criminal defamation"".