Maurice : l'île sœur intègre la liste noire européenne des pays à hauts risques

impôts
Parlement européen à Strasbourg
Parlement européen à Strasbourg ©PATRICK HERTZOG / AFP
L'avenir, des services bancaires offshores de l'île Maurice, sera étudié par l'Union européenne à partir de mercredi. Selon sa décision, l'île sœur fera partie ou pas, de la liste noire des pays avec qui l'UE ne commercera plus. L'île Maurice redoute la décision qui va impacter son économie.
Après la crise sanitaire due à la Covid-19, politique avec l'affaire supposée de corruption concernant la modernisation de la centrale thermique de Saint-Louis qui ont déjà durement touché l'île Maurice, voici que se profile à horizon une crise financière majeure. L'île sœur est, en effet, sérieusement menacée d'intégrer la liste noire de l'Union européenne des pays qui favorisent le blanchiment d'argent ou l'évasion fiscale. 

Le nom de notre voisine est apparu à plusieurs reprises ces dernières années parmi les pays à hauts risques. Sa mise au banc des nations économiquement fréquentables, a très souvent été évoquée. Depuis le 7 juin 2020, il n'est plus question d'une simple discussion, mais d'une menace. L'inclusion de l'île Maurice à cette "blacklist" est devenue effective dimanche dernier. Rien n'est définitif, mais l'urgence est réelle.
 

Le dossier examiné à partir de mercredi par l'Union européenne


Une faible marge de manœuvre est encore possible pour les dirigeants de l'île sœur. Les spécialistes financiers de l'UE vont reprendre le dossier dans son ensemble à partir de mercredi. À l'issue de nouvel et minutieux examen de trois jours, ils rendront la décision de maintenir ou non, l'île Maurice sur la liste noire. Si l'inscription est maintenue, nos voisins disposeront encore de 4 mois pour tenter d'infléchir l'avis des ministres de l'Économie des pays membres de l'Union. L'inscription définitive sera dévoilée le 1er octobre 2020. 

Les services "offshores" des banques de l'île Maurice représentent 12 % du PIB. Si la décision de l'Union européenne est maintenue, elle aura des conséquences aussi dévastatrices pour l'économie de l'île Maurice que l'épidemie de Covid-19 selon Marc Hein, Senior Counsel, président du conseil d’administration et fondateur de Juristconsult, un cabinet d’avocats spécialisés dans la loi des affaires : "Nous avons déjà souligné dans le passé que le "blacklisting" de notre centre financier est aussi dangereux que la crise du Covid-19. Il y a des risques qu'un pan entier de l’économie disparaisse", écrit L'Express de Maurice
 

La liste grise du GAFI


De nombreux décideurs évoquent les conséquences de cette inscription sur la "blacklist" européenne. Beaucoup espèrent que des négociations sont encore possibles en s'appuyant sur la Hongrie, mais rares sont ceux qui évoquent l'inscription de l'île Maurice sur la liste grise du Groupe d'action financière sur le blanchiment d'argent (GAFI)

Le Mauricien signale que ce document pèse lourd : "Cependant, des recoupements d’informations dans des milieux officieux indiquent que Charles Michel aurait fait comprendre que Maurice devra d’abord sortir de la "Grey List" de la "Financial Action Task Force" avant de revenir frapper à la porte de Bruxelles", écrit le quotidien mauricien.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live