Maurice : démission du ministre des Affaires étrangères

politique
Démission de Nando Bodha ministre des affaires étrangères de l'île Maurice
©Capture d'écran Maurice Actu

Le ministre des Affaires étrangères de l'île Maurice,  Nando Bodha, a démissionné, ce samedi 6 février 2021. Dans un communiqué, il explique : "Les idéaux et principes fondamentaux, qui m’ont guidé depuis mon engagement, ne sont plus là."

Le gouvernement mauricien va-t'il résister aux fortes secousses sismiques de l'actualité. Après la crise Covid, les soucis économiques, l'affaire Kistnen, voici une réplique politique.

Samedi 6 février 2021, le charismatique ministre des Affaires étrangères, Nando Bodha a annoncé dans un communiqué qu'il démissionne. Défimédia note : "Les idéaux et principes fondamentaux qui m’ont guidé depuis mon engagement avec Sir Anerood Jugnauth (NDR : père de Pravind Jugnauth, le Premier ministre) ne sont plus là. À ma grande déception..." Et d'ajouter, "la situation dans le pays est devenu extrêmement grave. La culture du pouvoir et le fonctionnement du MSM ne correspondent plus aux valeurs et principes qui ont toujours marqué mon parcours politique".

Des dirigeants irréconciliables

Dans une vidéo de 4 minutes 56", l'ex-ministre des Affaires étrangères de l'île Maurice confirme ses griefs et pointe du doigt l'impossibilité pour lui d'influer sur les décisions de Pravind Jugnauth. Il affirme avoir tenté de le sensibiliser sur la rupture qui ne cessait de grandir entre le gouvernement et la population : "J’ai plusieurs fois essayé de dire au Premier ministre que le pays va mal. En vain. Il est enfermé dans un cercle hermétique. Il faut passer par des conseillers. Il s’agit d’un pouvoir cadenassé où deux ou trois personnes prennent les décisions. Le parti ou les différentes formations au sein de l’alliance n’ont aucun rôle", relève L'Express de Maurice.

Nando Bodha ne renonce pas à la vie politique et s'affiche désormais comme un opposant au Premier ministre et un possible recours pour le futur.

 

 

 

 

 

 

 

L'affaire Kistnen continue

C'est le galet dans la savate ! En plus des crises, sanitaire, économique et désormais politique, le gouvernement est montré du doigt dans le dossier Kistnen.

Cette fois, le souci est venu de Sanjay Karria, un employé de bureau du Mouvement Socialiste Militant (MSM), l'un dès plus fervent partisan du Premier ministre. Il était convoqué, ce jeudi 4 février 2021, devant le juge du tribunal de Moka afin d'être entendu dans l'enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen, mais il a refusé de se rendre au tribunal. C'est la police qui a été obligée de venir le chercher...

Ce refus d'obtempérer pose question, surtout quand la presse locale évoque les passes droit qu'il a obtenu avec le loto de l'île sœur ou à Mauritius Telecom.