Maurice : des tests pour détecter la variole du singe à l'aéroport

santé
Variole du singe
(Illustration) Image du virus de la variole ©Capture d'écran L'Express de Maurice
Les infectiologues, les virologues et l'Organisation Mondiale de la Santé alertent sur les risques liés à la variole du singe, tout en se montrant rassurant. Des moyens existent pour limiter sa diffusion et soigner les patients infectés. L'île sœur a mis des tests en place à l'aéroport.

Alors que la Covid circule toujours, une nouvelle épidémie apparaît. Des cas de varioles du singe sont recensés dans des dizaines de pays à travers le monde. L'OMS, organisme en charge de la sécurité sanitaire sur toute la planète, a alerté sur ce nouveau danger au début du mois de mai 2022. Plus de quatre-vingt-dix cas ont été enregistrés dans le monde. Les malades recensés sont installés en Europe, Amérique du Nord et en Océanie.

L'île Maurice, économiquement éprouvée par la crise Covid, a déjà mis en place des tests et le matériel de dépistage nécessaires à l'aéroport, a expliqué Kalesh Jagutpal.

Le ministre de la Santé qui a précisé : "la population ne doit pas s’alarmer, car seulement 12 pays ont détecté la Variole du singe pour l’heure et que toutes les dispositions ont été prises à Maurice pour éviter toute propagation", précise IonNews.

Aucun cas détecté à l'île Maurice

"Aucun cas n’a été détecté à Maurice et au niveau du ministère, on prend au sérieux l’alerte lancée par l’OMS pour surveiller la situation", a expliqué un haut responsable des services de santé à L'Express de Maurice. Cette confidence prouve que l'heure est à la mobilisation générale contre toutes les maladies présentant un risque d'épidémie : malaria, dengue …

"Étant donné que nous avons également des vols en provenance d’Angleterre, nous suivons la situation de près", précise l'interlocuteur. La Grande-Bretagne recense 28 patients potentiellement positifs à la variole du singe. Lundi soir, l'OMS recensait 92 malades dans le monde. 

L'île Maurice et La Réunion semblent à l'abri de ce nouveau risque épidémique, selon les spécialistes.