Maurice : l'activité économique s'embourbe sous les fortes pluies

intempéries
Pluies et inondations 11 janvier 2022 à l'île Maurice
©Capture d'écran Défimédia
Les agriculteurs soufflent, alors que le BTP souffre. Les fortes pluies de ces derniers jours touchent l'île sœur. Des précipitations conséquentes et des orages sont encore attendus, ce mercredi 12 janvier 2022. L'accumulation d'eau inonde les rues et complique sérieusement la circulation.

Le bonheur des uns... ! Avec le temps, comme dans tous les domaines, le ressenti des uns contraste avec celui des autres. À l'île Maurice comme chez nous, les fortes pluies de ces derniers jours réjouissent les agriculteurs : "C’est un bon départ pour les nouvelles cannes. Il faudrait, par la suite, qu’on ait du soleil, car trop d’eau risque de pourrir les racines. Nous ne sommes pas, pour l’instant, arrivés à ce niveau", explique Jacques d’Unienville, CEO d’Omnicane, à Défimédia. Cependant, l'excès d'eau devient nuisible. Les planteurs redoutent que ce mauvais temps perdure, ajoute Kavi Santchurn, président de l’Agricultural Development Marketing Association, "Nous appréhendons cela, mais c’est une situation que nous vivons chaque année à pareille époque. Ce sont les risques du métier".

Le BTP n'est pas surpris par ces conditions classiques pendant la saison des pluies. Les entrepreneurs sont contraints de s'adapter : "Nous ne travaillons pas en ce moment. Il faudra attendre avant de reprendre les travaux", explique Arvind Bhowruth, le directeur deTechno Construction, "Nous comptons faire des heures supplémentaires et terminer à 15/16 heures les samedis au lieu de 13 heures sitôt que le temps le permettra".

Des rues inondées

 

Entre la fermeture des écoles, pour cause de pandémie Covid, et les fortes pluies les transporteurs enregistrent une baisse d'activité de 10 à 20%. Les transports scolaires sont condamnés à l'immobilité. Par ailleurs, les employés du BTP et des activités touristiques, sur les plages, ont été invités à rester chez eux. La baisse de fréquentation est très marquée sur les lignes qui desservent le Sud et l'Est. Les taximans font grise-mine. Depuis deux ans, ils sont directement victimes de l'effondrement touristique, inévitable, avec la Covid. La nouvelle fermeture des écoles et les fortes pluies réduisent encore leurs courses. Ils n'interviennent plus que pour des urgences ! 

Les artisans pêcheurs sortent en fonction de l'importance des précipitations et des orages. Si dans l'Ouest, l'activité se maintient, c'est plus compliqué dans l'Est et le Sud-Est de l'île sœur. 

Cet épisode de saison va s'atténuer légèrement dans les prochains jours. La pluie ne disparaîtra pas totalement. Comme, aujourd'hui, les fortes précipitations à venir sont redoutées. Elles s'abattent sur des sols gorgés d'eau et provoquent des indondations comme le démontre les vidéos de IonNews à New Mosque Road à Chemin Grenier, Surinam et Riambel.