Maurice : la Centrale électrique a dépensé 5 millions Rs pour sa fête de fin d'année

océan indien
CEB Maurice société électrique de l'île Maurice avril 2021
©Capture d'écran L'Express de Maurice

Les dépenses festives, en période de pandémie, posent problème à Maurice, comme ailleurs... Au cœur de la polémique, le Central Electricity Board (CEB), société para-étatique, qui a dépensé 5 millions de Rs pour sa fête de fin d'année 2020. Une facture qui fait grincer des dents ! 

Il est tentant d'oublier la pandémie de Covid et ses conséquences. Comment reprocher l'envie d'évasion. Cependant, en ces temps difficiles pour la majorité des citoyens, les dépenses festives deviennent rapidement excessives et incompréhensibles. 

Le CEB est au cœur de la tourmente médiatique depuis le début de la semaine et la mise au jour d'une facture de 5,2 millions de roupies mauriciennes (soit un peu plus de 108 000 €) pour la fête de fin d'année 2020 note L'Express de Maurice. Le quotidien mauricien qui détaille les différents frais : 3,9 millions de Rs pour le traiteur, 823 000 Rs pour louer la salle du Swami Vivekananda, assurer sa sécurité et 254 000 € pour le transport.

Le ministre de l'Énergie a d'ailleurs souligné qu'en 2019, la facture était plus élevée de 2 millions de Rs. Il a demandé, depuis, à la direction d'ECB de la retenue sur ses dépenses pour cette année, écrit IonNews.

Colère et incompréhension

 

D'ailleurs, cette information n'aurait pas soulevé la moindre polémique dans une période classique, mais en ce moment, ou les responsables mauriciens (comme les autres) se relaient pour rappeler l'importance du respect des consignes et de faire preuve de prudence cette fête de fin d'année passe mal dans la population. À Maurice, comme dans les autres pays, la crise sanitaire a des conséquences économiques difficiles pour de nombreux citoyens. Les restrictions des libertés, les sanctions pour le moindre écart augmentent la fracture sociale. 


Pour mémoire, le CEB (Central Electricity Board) est une société qui appartient à 100 % à l'Etat. Privée, lors de sa création, la société chargée de fournir de l'électricité aux Mauriciens a été nationalisée par la Grande-Bretagne en 1954 afin de rationaliser la distribution. Depuis, cette entreprise est donc un service public. 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live