Maurice : les commanditaires, des 148 kg de "zamal" saisis à Sainte-Rose, identifiés

trafic de drogue
Saisie de zamal à Sainte-Rose 17 juin 2022
(Archives) ©Capture d'écran Défimédia
Un Mauricien a été interpellé la semaine dernière, deux complices présumés sont en cavale. Les trois hommes sont suspectés d'être les importateurs des 148 kg de cannabis saisis le 17 juin 2022 à Sainte-Rose. Ils ont été identifiés avec l’aide des gendarmes de La Réunion.

147 kg de "zamal", répartis dans plus de 20 sacs et près d’un kilo de résine de cannabis ont été saisis par la gendarmerie de La Réunion. Depuis ce 17 juin 2022, les enquêteurs de Sainte-Rose, aidés de leurs homologues de la Section de recherche de la compagnie de Saint-Benoît, cherchaient à trouver les noms des principaux organisateurs de ce trafic de drogue.

Ce travail de fourmis, effectué en liaison avec les policiers de l’île Maurice, a abouti la semaine dernière. Désormais, le rôle de chaque suspect est clairement défini. En identifiant « l’exportateur réunionnais », les gendarmes ont pu étudier ses nombreux échanges téléphoniques et démasquer les « importateurs » mauriciens.
Une opération de police a eu lieu la semaine dernière à l’île Maurice. Un individu a été interpellé. Deux hommes, déjà connus de la justice, sont en cavale, écrit Défimédia.

Les quatre lampistes déjà interpellés


Ce dossier démontre que le petit port de Sainte-Rose est désormais sous surveillance. Ce n’est pas la première fois, que des trafiquants de cannabis tentent d’utiliser cette porte sur l’océan Indien, pour convoyer de la drogue vers l’île sœur.

C’est en 2016 que l’on prend conscience de l’ampleur du problème. Un soir de novembre, les gendarmes constatent une activité anormale dans la zone portuaire. L’abri accueille essentiellement des petites embarcations de pêcheurs artisanaux. Ce coup de filet leur permet d’appréhender des trafiquants de drogue mauriciens, très connus, et de saisir 42,6 kg d’héroïne.

Depuis, régulièrement, les militaires interceptent des cargaisons de "zamal" en passe d’être exportées vers Maurice. Parfois, il est question de centaines de kilos, d’autres fois de dizaines. Ce dernier coup de filet prouve que la vigilance est indispensable. Le cannabis est l’un des trafics. Il est aussi question de drogues dures et de substances vénéneuses.