Maurice sur la liste rouge des pays à risque Covid-19 publiée par les USA

santé
Aéroport de l'île Maurice (illustration)
©Capture d'écran L'Express de Maurice (illustration)
L'île Maurice vient de basculer dans la liste de "Niveau 4 : Covid-19 très élevé". Ce document est publié par les États-Unis. Il est destiné à ses ressortissants désireux de voyager. Le niveau d'alerte 4 est le plus haut. Il recense les 9 pays comptant plus 500 cas pour 100 000 habitants.

La reprise touristique de l'île Maurice est de plus en plus compromise. La réouverture des frontières aura lieu le 1er octobre 2021. Pourtant, ces dernières semaines, malgré la campagne de vaccination, les autorités enregistrent une augmentation du nombre de tests positifs, une hausse sensible des hospitalisations, mais aussi des décès de patients touchés par la Covid-19. 

Lundi 13 septembre 2021, l'exécutif découvrait, stupéfait, que l'île soeur venait d'intégrer la liste "Niveau 4 : Covid-19 très élevés", des USA.

L'île Maurice fait désormais partie des pays qui compte un taux d'incidence de plus de 500 cas pour 100 000 habitants. 

Les pays sont  :

  • Afghanistan
  • Albania
  • Belize
  • Grenada
  • Lithuania
  • Mauritius
  • Saint Kitts and Nevis
  • Serbia
  • Slovenia, 

écrit Le Mauricien.

Maurice sur la liste Niveau 4 Covid-19 USA 13 septembre 2021
Level 4 : information for travelers to Mauritius ©Capture d'écran L'Express de Maurice

Quelle stratégie pour sortir de cette liste ?

 

Cette publication, à quinze jours de la relance touristique, est une catastrophe pour le secteur touristique. Qu'elle va être la réaction des Tour Opérateur ? Les touristes américains qui avaient l'intention de venir, vont-ils annuler ? 

Le ministère du Tourisme a encaissé le choc de cette nouvelle, ce lundi 13 septembre 2021. Le monde économique mauricien attend une réaction et la présentation du plan pour sortir l'île de cette liste, écrit L'Express de Maurice... Manifestement, la vaccination a des limites. La troisième dose est sujette à caution. Des pays veulent l'imposer, alors que l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) s'y oppose... Aujourd'hui, les solutions semblent minimes.