Maurice : un bateau de pêche Taïwanais dévasté par un incendie

incendies
Bateau de pêche Taïwanais en feu à Maurice 24 août 2021
©Capture d'écran Indian Ocean News
Un navire battant pavillon Taïwanais est encore la proie des flammes, ce mercredi matin. Le feu a éclaté, mardi en début de soirée. Le bateau de pêche était amarré à Port-Louis. Pour combattre le sinistre et éviter une propagation du feu, le palangrier a été remorqué hors du port.

Il a fallu douze heures d'une lutte acharnée, pour éviter que l'incendie d'un bateau de pêche taïwanais dégénère. L'alerte a été donnée par le capitaine du Ruey-Chien-Tsai, ce mardi 24 août 2021, il était 18h30. Le long-liner était amarré à quai à Port-Louis. Les flammes menaçant les navires et les infrastructures voisines, les sapeurs-pompiers et les autorités portuaires ont décidé de remorquer l'embarcation hors du port. 

Depuis, malgré des conditions de travail plus aisées, les soldats du feu ont toutes les peines du monde à circonscrire le sinistre. Tout en tentant d'éteinde le feu, ils doivent tenir compte de la gîte du navire. L'eau, qui permet de lutter contre le feu, est piégée dans la calle. Un naufrage aurait des conséquences écologiques épouvantables. La Swift Water Unit (Unité des eaux vives), des services d'incendie de l'île sœur, est sur place pour éviter une catastrophe environnementale, précise Ion News.

Pas de blessés

 

Les accidents maritimes se multiplient depuis un an à l'île Maurice. Tout le monde a en mémoire, le naufrage du Wakashio et la marée noire qui a touché l'île sœur en 2020. Comment oublier, la perte du remorqueur Sir-Gaëtan alors qu'il tentait de tracter une barge renfermant les polluants contenus dans les calles du vraquier brisé sur la barrière de corail de la Pointe-d'Esny. Cette tragédie a coûté la vie à quatre marins (trois morts et un disparu).

Le 8 mars 2021, les Mauriciens ont craint de vivre une nouvelle catastrophe écologique, quand le Lurong-Yuan-Yu, bateau de pêche chinois, s'est échoué juste à côté de la capitainerie du port de Port-Louis. Là encore, les opérations de secours étaient délicates. Le palangrier renfermait 130 000 tonnes de fuel lourd dans ses réservoirs. 

Ce mercredi matin, une fois encore, les secouristes doivent gérer l'urgence et éviter toute précipitation. La gestion des risques se complique sérieusement quand on est contraint de tenir compte des risques en cas de naufrage. 

Par chance, les 18 marins sont sains et saufs, note Defimedia.